© 2017, crée par Chantale Coulombe

Lire pour vivre libre

Un grand récit dans L’Actualité du mois de juillet 2017 m’a profondément touchée. La journaliste Noémi Mercier a fréquenté pendant 6 mois un club de lecture dans une prison pour femmes au Québec. Elle raconte l’effet des lectures proposées sur ces captives au sombre et douloureux passé, et qui, en réfléchissant et en partageant sur les mots lus, « redécouvrent un sens à leur vie ». 

 

Une bibliothèque dans une prison ? Un club de lecture dans une prison ? Des femmes qui, pour la majorité d’entre elles, n’ont pas terminé leurs études secondaires, souffrent du syndrome de stress post-traumatique, n’ont pas eu d’emploi, et sont mères en situation monoparentale, et qui, un livre en mains, arrivent à dompter, à force d’idées, de phrases, et de témoignages écrits,  le mal qui les ronge ? Des femmes  -- « parmi les plus écorchées de la société » --qui découvrent la prise de décisions éclairée ? Le pouvoir du libre choix ? Et la puissance de la parole, du partage, de l’échange, pour dompter le fauve qui se tapit dans chaque cœur humain ? Des femmes qui comprennent progressivement, au détour d’une page souvent lue et relue, que hurler leur colère en passant à l’acte n’a pas apaisé leur douleur mais l’a intensifiée pour les y enfermer ? Et – épiphanie absolument libératrice – trébucher sur la réalité du pardon -- celui que l’on donne et celui que l’on reçoit – s’y effondrer et rester là comme si l’on était enfin arrivé à la maison avec de l’air propre tout autour, du soleil dans chaque pièce, et du feu dans la cheminée… 

 

Des prisons, et des prisonniers et des prisonnières, il y en a de toutes les sortes. Les délits, qui nous tiennent enfermés et obscurcissent l’horizon de nos pensées, sont infinis et souvent gluants. Quel livre, médité, réfléchi, partagé, discuté, pourrait soulever la trappe de notre cachot ? Anéantir ce mensonge qui nous dit que l’on est une victime ? Combattre la tromperie que notre passé ne peut pas être effacé ? Crever l’abcès de notre moi piétiné ou de notre moi surdimensionné ? Nous inviter à l’amour des autres ?

Je lis beaucoup de livres, et régulièrement, j’en lis plusieurs à la fois. Je viens de terminer DOCTEUR TENDRESSE du Dr Patch Adams. C’est court. C’est simple. Mon petit-fils, 7 ans, l’a pris entre ses mains, cette fin de semaine, et m’en a lu le titre puis le sous-titre à quelques reprises : « Comment guérir le monde une âme à la fois ». Il a souri puis il est venu se blottir contre moi : « Grand-maman, raconte-moi une histoire… » Ce que j’ai fait le cœur gonflé de joie. Que lisez-vous en ce moment ? 

 

©2017 Danièle Starenkyj 

 

 

 

Partagez sur Facebook
Please reload

Posts à l'affiche

L’ALCOOL PLUS FUNESTE QUE LA CRISE CARDIAQUE

6/23/2017

1/1
Please reload

Posts récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square