top of page
  • Danièle Starenkyj

LA JOURNÉE MONDIALE DE LA SANTÉ DIGESTIVE… MAIS POURQUOI PAS LA JOURNÉE DU JUS DE CHOU ?

Le 29 mai l’OMS a lancé la campagne de la Journée mondiale de la santé digestive 2023.

Son objectif cette année est de présenter les fonctions normales de l’appareil digestif et d’insister sur les moyens de le maintenir en bonne santé.


Il est important de souligner immédiatement que cette campagne mettra l’accent sur l'interaction entre les maladies neurodégénératives et le MICROBIOTE intestinal.


POURQUOI ?


Faisant état de recherches récentes, cette campagne veut mettre en avant l’impact considérable du microbiote intestinal sur les processus neurologiques tels que le contrôle du comportement et la cognition (mémoire, langage, raisonnement, apprentissage, intelligence, résolution de problèmes, prise de décision, perception ou attention), mais aussi, et précisément, sur la progression de nombreux troubles neurodégénératifs, notamment la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique.


Il est important de retenir cette affirmation : « La perturbation du microbiome intestinal et la dysbiose (un microbiote malsain) pourraient faire partie de l’étiologie (des causes) de l’ensemble des troubles neurodégénératifs.»


LES PRÉBIOTIQUES


Oui, vous en entendrez parler aussi. La santé intestinale commence dès la naissance du bébé. L’allaitement lui donnera un microbiote riche en bifidobactéries qui permettront un développement immunitaire fort. Les prébiotiques (oligosaccharides) présents dans le lait maternel sont des éléments constitutifs de la santé immunitaire.


Une fois le sevrage terminé, l’enfant entretiendra son bon microbiote grâce à une alimentation forte en végétaux riches en FIBRES. Les personnes âgées également seront encouragées à entretenir leur microbiote en favorisant les fibres et limitant les aliments et les boissons sucrés. Signalons que l’alcool altère le microbiote négativement.


COMBIEN DE FIBRES ?


Nos bactéries intestinales réagissent à seulement 3 grammes par jour d'inuline ou d'oligofructose, ces excellentes fibres présentes dans l’asperge, le poireau, le topinambour, l’artichaut, l’oignon, l’ail, la banane, la tomate, entre autres. Dès consommation de ces végétaux, le nombre de bifidobactéries augmente rapidement et fortement.


LE JUS DE CHOU, UNE ASSURANCE SANTÉ DIGESTIVE


Au Canada, 20 millions de personnes souffrent chaque année de crampes, ballonnements, constipation, brûlures d’estomac, etc. Ces maux, signes d’une mauvaise santé intestinale, surviennent par épisodes occasionnels, ou peuvent être habituels. Mais, il y a aussi l’ulcère d’estomac, le reflux gastro-œsophagien…


En 1949, un médecin américain publiait un article dans le California Medicine au titre audacieux :


« Guérison rapide des ulcères gastroduodénaux chez les patients recevant du jus de chou frais ».

Cette première étude signalait que 13 patients souffrant d'ulcère gastro-duodénal avaient été traités avec du jus de chou frais qui, d'après les expériences du Dr Cheney, contient un facteur anti-ulcère gastro-duodénal.

Ce facteur (vitamine U) empêche le développement d'ulcères gastroduodénaux induits par l'histamine chez les cobayes. La durée moyenne de cicatrisation des cratères chez sept de ces patients souffrant d'un ulcère duodénal n'a été que de 10,4 jours, alors que la durée moyenne rapportée dans la littérature, chez 62 patients traités par une thérapie standard, a été de 37 jours. Le temps moyen de cicatrisation des cratères pour six patients souffrant d'ulcère gastrique et traités au jus de chou n'était que de 7,3 jours, contre 42 jours, comme indiqué dans la littérature, pour six patients traités par une thérapie standard.


La guérison rapide des ulcères gastroduodénaux observée radiologiquement et gastroscopiquement chez 13 patients traités au jus de chou frais indique que son facteur alimentaire anti-ulcère gastroduodénal peut jouer un rôle important dans la prévention et la guérison de l'ulcère gastroduodénal chez l'homme.


Une deuxième étude publiée en 1952, également dans le California Medicine, portait pour titre : « Vitamin U therapy of peptic ulcer ».


La vitamine U, administrée sous forme de jus de chou cru à 100 patients souffrant d'ulcères gastroduodénaux, s'est avérée efficace pour favoriser la guérison rapide d'ulcères gastroduodénaux non compliqués. La preuve du bénéfice thérapeutique est (1) le soulagement rapide de la douleur, sans l'utilisation d'un plan de traitement symptomatique, et (2) le temps de guérison du cratère de l'ulcère (déterminé par roentgénographie) considérablement plus court que dans les groupes de cas rapportés dans la littérature, dans lesquels des types « standard » de régime et de thérapie médicamenteuse ont été utilisés.


En 1956, toujours dans le même journal, le Dr Garnett Cheney et ses collaborateurs publiait à nouveau une expérience faite en milieu carcéral : « THÉRAPIE PAR LA VITAMINE U DE L'ULCÉRATION PEPTIQUE - Expérience à la prison de San Quentin ».


Des patients de la prison de San Quentin présentant un cratère d'ulcère diagnostiqué ont été traités dans le cadre d'une expérience de contrôle en double aveugle. Ils ont reçu soit du jus de chou concentré, soit un fac-similé de placebo. L'évaluation du bien-fondé de ce traitement était basée sur des examens radiographiques répétés du cratère de l'ulcère. Les résultats de cette expérience indiquent que le jus de chou concentré est efficace dans la guérison de l'ulcère gastroduodénal.


En 2014, une nouvelle étude évaluait l’expérience du Dr Cheney.


« Évaluation de l'efficacité du jus de chou (Brassica Oleracea Linne) comme agent antiulcéreux potentiel et son effet sur le mécanisme hémostatique des rats albinos Wistar mâles. »


Les causes présumées des ulcères d'estomac (ulcères gastroduodénaux) ont été tout à tour attribués au stress, à la consommation excessive d'alcool et, plus récemment, à la génétique.


On parle aussi d’une teneur élevée en acide gastrique, d'irritation, d’une mauvaise irrigation sanguine, d’une mauvaise sécrétion de mucus et d'infection par H. pylori.

Le fardeau de la prise fréquente d'antiacides et de médicaments antiulcéreux avec peu ou pas de soulagement de la douleur a soulevé le désir de trouver une alternative à la médication orthodoxe, et selon le Dr Cheney c’était l'utilisation du jus de chou qui permettait le traitement naturel de l'ulcère.


Ainsi, une équipe en 2014 a évalué l'efficacité de l'extrait de jus de chou (Brassica oleracea) en tant qu'agent antiulcéreux potentiel et son effet sur le mécanisme hémostatique (antihémorragique) des rats mâles albinos wistar.


Les ulcères gastro-intestinaux, qui résultent d'une rupture de la muqueuse gastro-intestinale baignée par l'acide et la pepsine, ont été guéris chez les rats après 16 jours d'administration de jus de chou par rapport aux rats du groupe témoin (28 jours) qui ont reçu des médicaments orthodoxes standard contre les ulcères, à base de cimétidine.


Le facteur de guérison des ulcères présent dans le chou est connu sous le nom de S. méthyméthionine ou simplement vitamine U. Il se pourrait que cette vitamine ait empêché l'érosion acide et la digestion peptique de la muqueuse gastro-intestinale et que la guérison ait été accélérée par la présence de calcium dans le jus de chou. Le calcium contenu dans cet extrait végétal est connu pour être impliqué dans la précipitation des facteurs de coagulation pour que la coagulation se produise rapidement. Le jus contient également de la vitamine K qui aide à contrôler les saignements.


Les diverses analyses biologiques ont confirmé que le jus de chou est sans danger pour les rats, et, bien sûr, pour le système corporel humain. Les temps de saignement et de coagulation ont été réduits, ce qui indique que les principes actifs, probablement le calcium et la vitamine U présents dans le jus de chou, affectent le système de coagulation.


CONCLUSION


En 2023, l’intérêt pour les plantes ayant des valeurs ethnomédicales comme thérapies alternatives dans de nombreuses maladies ne cesse de croître. En cette année mondiale de la santé digestive, soignons notre microbiote, mangeons des fibres, mais ne manquons pas de signaler l'influence positive étonnante du jus de chou dans LE REFLUX ACIDE et l’ulcère gastro-intestinal.


RÉFÉRENCES

1. Journée mondiale de la santé digestive 2023. Le thème donné par l’Organisation mondiale de gastroentérologie est « Votre santé digestive : Un intestin sain dès le départ ».

2. M Ellen Kuenzig et coll., Twenty-first Century Trends in the Global Epidemiology of Pediatric-Onset Inflammatory Bowel Disease: Systematic Review, Gastroenterology, 2022.

3. G Cheney, Rapid healing of peptic ulcers in patients receiving fresh cabbage juice, Calif Med, 1949.

4. Garnett Cheney, Vitamin U Therapy of Peptic Ulcer, Calif Med, 1952.

5. Garnett Cheney et coll., Vitamin U Therapy of Peptic Ulcer—Experience at San Quentin Prison, Calif Med, 1956.

6. Oguwike F.N. et coll., Evaluation of Efficacy of Cabbage Juice (Brassica Oleracea Linne) As Potential Antiulcer Agent and Its Effect on the Haemostatic Mechanism of Male Albino Wistar Rats, IOSR Journal of Dental and Medical Sciences (IOSR-JDMS), 2014.










114 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
bottom of page