top of page
  • Danièle Starenkyj

L’HUILE DE RICIN : REMÈDE ANCIEN ET NOUVEAU MÉDICAMENT

La plante Ricinus communis, d’où est tirée l’huile de ricin, est aujourd'hui présente dans le monde entier, mais elle est probablement originaire d’Afrique. On lui connaît depuis la plus haute antiquité des utilisations médicales variées : Le papyrus Ebers (16 siècles avant Jésus-Christ) présente l’huile de ricin comme un laxatif, un anti-infectieux, un anti-inflammatoire.


L’HUILE DE RICIN ET LA MÉDECINE POPULAIRE


Plusieurs auteurs ont fait l’étude des usages populaires de l’huile de ricin utilisée par voie orale mais aussi topique (sur la peau). En voici une courte liste : Douleur, inflammation, gonflement, gaz et ballonnements, constipation, détoxification, seins fibrokystiques, tonification de la peau.

 

En usage interne, elle est utilisée depuis l'Égypte ancienne comme un laxatif stimulant (cathartique), pour déclencher le travail de l’accouchement, comme remède pour les maladies absconses (très difficiles à comprendre), la calvitie, etc.


Par voie topique, elle a été utilisée comme cicatrisant, agent anti-inflammatoire, détoxifiant, immunomodulateur (régulation du système immunitaire) et a été jugée utile pour les problèmes gastro-intestinaux.

 



Faisons un petit tour du monde.


Dans les pays méditerranéens, le ricin en jus tiré des feuilles ou en cataplasme de feuilles, est utilisé comme un galactagogue favorisant la lactation.


En Afrique, on le trouve comme remède pour diverses maladies articulaires, cutanées ou oculaires. Là, les graines écrasées ou l'huile, parfois en combinaison avec d'autres plantes, sont étalées ou frottées sur la partie du corps qui en a besoin. Une décoction de racines peut être bue pour induire une contraction utérine comme abortif.- Dans les Caraïbes, le ricin est un remède pour soigner l'érysipèle, la grippe, l'inflammation de l'utérus et les maux d'estomac. Dans ce cas, un cataplasme de feuilles est recommandé.


Au Brésil, on considère l’huile de ricin comme un anthelminthique (vermifuge) ou un purgatif, dans ce cas, l'huile de graines est consommée par voie orale. Elle est aussi appliquée localement dans le but d'arrêter la chute des cheveux, de guérir les blessures ou les brûlures.

 

Le ricin était également utilisé dans la pharmacopée des anciennes cultures orientales.

 

En Chine, les graines de ricin étaient recommandées pour leur activité anthelminthique ; le cataplasme de graines et le jus de feuilles étaient prescrits en usage externe pour traiter les ulcères et les plaies chroniques, tandis que le latex était instillé dans l'oreille pour traiter la rhinite.


Dans l'Ayurveda, le ricin est utilisé pour les affections rhumatismales, ainsi que pour les maladies de l’estomac, la constipation, l'inflammation, la fièvre, l'ascite (accumulation de liquide dans l’abdomen), la bronchite, la toux, les maladies de peau, les coliques et le lumbago.


Dans la médecine Yunani (gréco-arabe), la racine de ricin est utilisée comme purgatif. Les feuilles sont utilisées pour augmenter la production de lait maternel et sont appliquées sur la peau pour les brûlures. Les graines et l'huile agissent comme un purgatif. Elles sont utiles dans les troubles du foie, les douleurs, le lumbago, les furoncles, les hémorroïdes, la teigne, l'inflammation, l'ascite, l'asthme, les rhumatismes, l'hydropisie et l'aménorrhée.

 

Les graines de ricin moulues ou la pâte de feuilles ont été appliquées en médecine vétérinaire pour soigner les entorses, les gonflements et les blessures.

 

LE RICIN, UN NOUVEAU MÉDICAMENT

 

Je partage avec vous quelques articles scientifiques très récents qui ont établi les effets positifs du ricin en médecine.

 

1. Les feuilles de ricin (Ricinus communis L.) améliorent l'ATROPHIE MUSCULAIRE induite par la dexaméthasone grâce à l'activation de Nrf2, 2022.

 

La dexaméthasone est un corticoïde puissant. Cette étude a vérifié l'activité antioxydante d'un extrait de feuille de ricin (Ricinus communis L.) et ses effets sur l'atrophie musculaire. La rutine été identifiée comme le composé principal parmi les trente composés identifiés dans l'extrait de feuille de ricin et s'est avérée utile pour inhiber l'atrophie musculaire et le stress oxydatif induits par la dexaméthasone (DEX). La supplémentation en ricin a empêché la perte de la fonction musculaire et de la masse musculaire chez les souris ayant reçu de la DEX. Le ricin a amélioré le stress oxydatif induit par la DEX. Dans l'ensemble, le ricin et la rutine ont amélioré l'atrophie musculaire. Et l’étude de conclure : « Le ricin riche en rutine pourrait donc être un aliment fonctionnel prometteur, bénéfique pour la santé musculaire. »


2. Activité ANTIVIRALE des extraits de feuilles de ricin (Ricinus communis), 2021


L'huile de ricin a une grande valeur traditionnelle et médicinale pour traiter les infections du foie, les maux d'estomac, les flatulences, la constipation, l'inflammation, les verrues, les coliques, l'entérite, la fièvre, les maux de tête, et en tant que contre-irritant.


L'activité antivirale des extraits de ricin a été étudiée en utilisant la concentration maximale non toxique de chacun de chaque extrait contre la dose de provocation du virus pour le virus Coxsackie B de type 4, le virus de l'herpès simplex de type 1 et le virus de l'hépatite A.


Les feuilles de R. communis possèdent une activité antivirale. L'évaluation de l'activité antiréplicative a montré que tous les extraits possédaient une activité antiréplicative élevée.

 

Les dérivés alcaloïdes et phénoliques des extraits de feuilles de R. communis peuvent aider à développer un médicament pour « prévenir ou traiter les infections virales courantes ».



3. Potentiel ANTI-SARS-CoV-2 in vitro de l'extrait de feuille de ricin (Ricinus communis) : preuves virtuelles in-silico (expérimentation faite à l’aide d’ordinateurs), 2023


Cette étude visait à isoler et à identifier certains constituants des feuilles de ricin. L'activité anti-MERS (Middle East Respiratory Syndrome) et anti-SARS-CoV-2 (Covid) in vitro de différentes fractions et de deux composés isolés purs du ricin (lupéol et ricinine) a été évaluée. Il a été démontré que «la ricinine avait une activité potentielle supérieure contre le SARS-CoV-2. Le lupéol s'est révélé le plus puissant contre le MERS. La ricinine semble être le composé le plus biologiquement actif. »


4. Potentiel thérapeutique de l'huile de ricin dans le traitement de la BLÉPHARITE, du dysfonctionnement des glandes de Meibomius et de la SÉCHRESSE OCULAIRE, 2021


La pathogenèse multifactorielle et l'interrelation de la blépharite, (inflammation des glandes à la base des cils), du dysfonctionnement des glandes meibomiennes (glandes qui produisent des huiles qui lubrifient la surface oculaire), et de la sécheresse oculaire posent des défis à toute approche thérapeutique. Les traitements actuels sont principalement palliatifs, et leur succès est limité par l'inefficacité perçue et la mauvaise observance du patient.


L'huile de ricin est considérée comme sûre et tolérable, avec de fortes propriétés antimicrobiennes, anti-inflammatoires, anti-nociceptives (qui inhibe la sensibilité à la douleur), analgésiques, antioxydantes, cicatrisantes et vaso-constrictives.


Des études révèlent que « l'huile de ricin appliquée par voie topique sur la surface oculaire a un temps de résidence prolongé, facilitant l'augmentation de l'épaisseur de la couche lipidique du film lacrymal, sa stabilité, l'amélioration de la coloration de la surface oculaire et des symptômes ».


CONCLUSION


Dans notre monde à la recherche de solutions plus écologiques à ses nombreux maux et problèmes, les études sur la pertinence des remèdes utilisés en ethnomédecine se poursuivent et sont bien souvent confirmées.


Dans notre prochain blog, nous parlerons de l’usage étonnamment efficace de l’huile de ricin en DERMATOLOGIE COSMÉTIQUE. En 2024, on est obligé de l’avouer : la nature est vraiment au service de notre beauté à tous.  

 

SOURCES

Letizia Polito et coll., Ricin: An Ancient Story for a Timeless Plant Toxin, Toxins (Basel), 2019

Rawah H Elkousy et coll., Antiviral activity of castor oil plant (Ricinus communis) leaf extracts, J Ethnopharmacol, 2021.

Rawah H Elkousy et coll, Anti-SARS-CoV-2 in vitro potential of castor oil plant (Ricinus communis) leaf extract: in-silico virtual evidence, Z Naturforsch C J Biosci, 2023.● Emma C Sandford  et coll., Therapeutic potential of castor oil in managing blepharitis, meibomian gland dysfunction and dry eye, Clin Exp Optom, 2021.

Hyunjung Lee et coll., Castor Oil Plant (Ricinus communis L.) Leaves Improve Dexamethasone-Induced Muscle Atrophy via Nrf2 Activation, Front Pharmacol, 2022.

 

 

318 vues

Kommentare


Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
bottom of page