• Danièle Starenkyj

LA CONSOUDE, L’HERBE QUI SOUDE LES OS ?

Une triple fracture de la cheville gauche m’a doublement confinée en ce printemps de COVID-19. Finalement libérée d’une attelle puis d’un plâtre, avec l’assurance du chirurgien que la guérison était totale, et l’ordre insistant de me remettre à marcher, il m’a fallu réapprivoiser mes jambes : l’une très enflée, l’autre devenue très paresseuse.


Alors… j’ai fait appel à la CONSOUDE !

Permettez-moi donc de partager avec vous les exploits de cette plante verte que la tradition séculaire qualifie de plante médicinale. Sa longue histoire thérapeutique n’a jamais changé, et son palmarès en matière d'usage médical est impressionnant.

Mieux encore, l'efficacité et la sécurité de la consoude (Symphytum officinale L.) en usage topique ont été prouvées par de nombreux essais contrôlés randomisés. La science, au 21 e siècle, a donné raison au folklore qui depuis des centaines d’années conseille les cataplasmes de feuilles et de racine de consoude pour favoriser la cicatrisation des plaies, réduire l'inflammation dans le traitement des os cassés -- d’où son appellation populaire dans de nombreuses langues d’herbe qui soude les os, d’herbe aux coupures, d’herbe des charpentiers (pour le mal de dos). Mais la science a également validé ses vertus dans le traitement topique des douleurs musculaires et articulaires, et indiqué et vérifié de nombreuses autres indications de ses usages.


Effets anti-inflammatoires et analgésiques


Les propriétés thérapeutiques de la consoude reposent en partie sur ses effets anti-inflammatoires et analgésiques. La consoude stimule également la granulation et la régénération des tissus. Elle a une très forte activité antioxydante aux effets stimulants sur la viabilité des cellules et la prolifération des fibroblastes de la peau humaine -- les fibroblastes fabriquent principalement le collagène. La consoude est riche en mucilage adoucissant et apaisant. L'allantoïne qui accélère la formation de nouvelles cellules -- qu’il s’agisse de la masse osseuse ou de la peau -- avec l'acide rosmarinique sont probablement d'une importance capitale pour ses effets pharmacodynamiques.


Efficacité des pommades de consoude


Ainsi, conformément à l'approche moderne de la médecine factuelle, les crèmes à base d'extraits de consoude ont démontré leur efficacité et leur tolérance dans :


→ un certain nombre de blessures musculaires et articulaires (mal au dos)

→ et dans les blessures contondantes (sans coupure ni perçage) ;

→ la consoude a également démontré son efficacité dans la cicatrisation des blessures ;

→ la racine de consoude s'est également révélée efficace dans l'arthrose activée,

→ et équivalente ou plus efficace dans les distorsions de la cheville par rapport au diclofénac topique, un anti-inflammatoire très prescrit qui pourrait multiplier par quatre le risque d’accidents cardiovasculaires.


Résultats supérieurs


L’onguent de consoude a donné de résultats supérieurs à tout autre agent topique dans les cas suivants :


• les myalgies : amélioration de la douleur au mouvement, au repos et à la palpation ;

• les muscles et articulations du genou : « chez les patients présentant des contusions aiguës et des traumatismes de fatigue de l'articulation du genou, l'efficacité s'est avérée bonne, voire très bonne, et un impact thérapeutique important sur l'articulation endommagée est apparu. Quarante patients souffrant de blessures, d'entorses et de contusions de l'articulation du genou ont été traités avec une pommade contenant de l'extrait de consoude, ce qui a permis de réduire considérablement la douleur (au repos et au mouvement) et l’enflure. La mobilité de l'articulation touchée a augmenté de manière significative. Le traitement s'est déroulé sur une période de 8 jours et a eu un effet bon à très bon sur 85 % des patients » ;

• les différentes formes de rhumatismes musculo-squelettiques (principalement l'épicondylite --coude), la tendovaginite (inflammation d’un tendon – poignet, pieds, avant-bras, articulations de la cheville) et la périarthrite.

Au XVIIe siècle, Nicholas Culpeper (1616-1654) a mentionné la consoude dans sa version agrandie de The English Physitian . Il a déclaré : « On dit qu'elle est si puissante pour consolider et relier ensemble (...) et un sirop fait à partir de cette plante est très efficace pour toutes les (...) blessures et les plaies extérieures dans la partie charnue ou nerveuse du corps, quelle qu'elle soit ». Il a recommandé la consoude parmi de nombreuses autres plantes pour « les blessures et les ecchymoses, les plaies, les ruptures, les os cassés, l'inflammation, la goutte et les douleurs ».


Aujourd'hui, cette affirmation historique est largement soutenue par les données cliniques modernes. Essayez et vous verrez. Pour ma part, la pommade de consoude agit merveilleusement bien et j’en suis très reconnaissante.


©2020 Danièle Starenkyj

Références générales

* Christiane Steiger, COMFREY : A Clinical Overview, Phytotherapy Research, 26,10, 1441-1448, octobre 2012.

* Ireneusz Sowa et coll., Proliferative and antioxidant activity of Symphytum officinale root extract, Natural Product Research, 32, 2018.

* Jacqueline Seigner et coll., A Symphytum officinale Root Extract Exerts Anti-Inflammatory Proprerties by Affecting Two Distinct Step of NF-kB Signaling, Front Pharmacol, 26 avril 2019.

* Predel HG, Efficacy of a Comfrey root extract ointment in comparison to a Diclofenac gel in the treatment of ankle distortions: Results of an observer-blind, randomized, multicenter study, Phytomedicine, 12,10,707-14, décembre 2005.


312 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe