• Danièle Starenkyj

SAVEZ-VOUS PLANTER LES CHOUX ?

À la mode de chez nous, nous plantons des choux rouges. Pourquoi ? Ils n’attirent pas les papillons blancs ni les pucerons, et une fois récoltés, ils restent fermes, croustillants, juteux et bien rouges jusque tard au printemps. En fait, nous les plantons parce qu’ils sont rouges, et que la force originale du chou rouge est dans sa couleur !


VIEUX COMME LE MONDE


Originaire de la région méditerranéenne, le chou rouge figure depuis des millénaires au menu du RÉGIME MÉDITERRANÉEN maintenant consacré comme le meilleur régime à suivre pour prévenir et soigner les maux liés à la malbouffe urbaine industrielle.


AU SECOURS DE NOS MISÈRES


Depuis plusieurs années, le chou rouge est dans la mire des scientifiques qui sont à la recherche de moyens de lutter contre les effets de la pollution causée par l’utilisation des produits chimiques dans l’industrie et l’agriculture, mais aussi à la recherche de moyens de s’opposer aux effets secondaires néfastes des médicaments.

C’est ainsi que de nombreuses études ont établi que l’action nocive des produits chimiques et des médicaments, ainsi que l’étiologie de nombreuses maladies tournaient autour du stress oxydatif – une agression des cellules par des radicaux libres (espèces réactives de l’oxygène- ERO). Et, n’est-ce pas bienheureux, ces études ont aussi établi que les substances d’origine végétale étaient des agents protecteurs qui atténuaient la toxicité de diverses substances et les symptômes des maladies.


UN ÉNORME POTENTIEL


Les recherches faites dans ce sens au cours des 5 dernières années (2015-2020) sur des modèles animaux ont montré un énorme potentiel de protection inhérent aux préparations végétales, et particulièrement celles de chou rouge : elles atténuent les processus de stress oxydatif, renforcent la défense antioxydante, améliorent les paramètres immunitaires et inversent les changements histopathologiques -- ceux observés par l'étude microscopique des tissus.


Leurs conclusions vont jusqu’à affirmer que dans de nombreux cas, les substances d'origine végétale se sont avérées comparables ou même meilleures que les médicaments standard.


LE POUVOIR DU ROUGE VÉGÉTAL


Le chou rouge est un concentré puissant d’anthocyanes qui sont des pigments rouges, et de flavonoïdes (complexe C). Grâce à ces propriétés, le chou rouge diminue la perméabilité des vaisseaux sanguins en renforçant la résistance des artères, des veines, des capillaires et des lymphatiques. Il protège contre les radicaux libres en captant ou détruisant ces particules dangereuses pour la santé des cellules et dont l’excès est une cause de cancer. Il permet de lutter contre l’altération des fibres de collagène, ce qui ralentit leur vieillissement et permet le maintien du tonus des tissus. Les anthocyanes sont aussi anti-inflammatoires, anti-allergiques, protectrices du foie, antispasmodiques, diurétiques.


QUELQUES RÉSULTATS DE RECHERCHES SUR LE CHOU ROUGE


1. Le stress oxydatif et les troubles neurodégénératifs


→ Les radicaux libres et le stress oxydatif figurent parmi les facteurs les plus étudiés à l'origine du déséquilibre de la santé mentale. Sans exception, les radicaux libres endommagent également les cellules neuronales, entraînant diverses maladies dégénératives.


Les substances phytochimiques présentes dans les plantes ont un large éventail de propriétés pharmacologiques, la principale étant leur capacité à éliminer les radicaux libres, abondamment produits par les aliments ultratransformés, dont le sucre, et les produits animaux. Les polyphénols du chou rouge font partie de la principale classe d'antioxydants identifiés dans les plantes. Cette propriété antioxydante du chou rouge et sa capacité à rétrograder le processus de stress oxydatif peuvent être utilisées pour traiter les maladies neurodégénératives.


2. Un extrait de chou rouge inverse le stress oxydatif des lipides chez les rats


→ Un extrait de chou rouge a démontré une capacité hypolipidémique et antioxydante. Les résultats de cette étude ont attesté que le chou rouge est une thérapie potentielle pour traiter les maladies impliquant non seulement la dyslipidémie mais aussi le stress oxydatif.


3. L’influence d’un extrait de chou rouge sur le microbiome intestinal de volontaires obèses


→ Sur la base de cette étude pilote, l'extrait de chou rouge pourrait jouer un rôle potentiel dans la gestion de l'obésité chez les adultes.


4. L’effet somnifère du chou rouge


→ Les médicaments actuels utilisés comme somnifères ne sont pas adaptés à une administration à long terme en raison des problèmes liés à la tolérance et à la dépendance.


Le chou rouge est une source bon marché de pigment anthocyanique et de flavonoïdes aux effets thérapeutiques anticonvulsifs, sédatifs et hypnotiques. Cette étude a montré que le chou rouge potentialise les comportements de sommeil. Il le rend plus profond et il le prolonge.


5. Propriétés physiques et chimiques du chou rouge


→ Le chou rouge est l'un des légumes les plus importants cultivés dans le monde. Depuis de nombreuses années, il est utilisé à des fins thérapeutiques et des études montrent la possibilité d'appliquer un extrait de chou rouge comme complément alimentaire pour traiter les maladies inflammatoires de l'intestin.


En outre, comme le chou rouge possède de nombreuses propriétés bénéfiques, il peut être utilisé comme traitement alternatif pour soulager les œdèmes, guérir les brûlures et les lésions cutanées (en application topique). Il améliore la digestion et atténue les douleurs arthritiques. Plusieurs études scientifiques ont confirmé que le chou rouge présente d'excellentes propriétés antioxydantes car il est riche en anthocyanes. En outre, le chou rouge est connu pour sa valeur nutritionnelle élevée, car il est riche en minéraux, vitamines, oligosaccharides et plusieurs substances bioactives, telles que les flavonoïdes et les glucosinolates, qui ont un impact positif sur la santé humaine.


5. Les légumes crucifères (Institut Linus Pauling)


→ Une consommation élevée de légumes crucifères, dont le chou rouge, a été associée à un risque plus faible de cancer de la vessie, du sein, du côlon, de l'endomètre, de l'estomac, du poumon, de l'ovaire, du pancréas, de la prostate et du rein.


→ Une consommation de chou rouge mais aussi de tous les crucifères entraîne une réduction significative de la concentration plasmatique de lipoprotéines de basse densité (LDL).


→ Une récente étude d'intervention a démontré que les légumes crucifères pouvaient augmenter la détoxification des carcinogènes et autres xénobiotiques chez l'humain.


6. Le chou rouge plutôt que le chou vert augmente la résistance au stress et prolonge la durée de vie de…


Le vieillissement est un phénomène biologique universel et inévitable mais qui peut être ralenti et retardé grâce à une consommation optimale de substances antioxydantes très abondantes dans le chou rouge et dont les effets sont cardioprotecteurs, hépatoprotecteurs, hypoglycémiques et hypolipidémiques.


LES CRUCIFÈRES ET LA THYROÏDE


Des études vétérinaires ont constaté que des apports TRÈS élevés en légumes crucifères, comme le chou et les navets, provoquaient une hypothyroïdie (production insuffisante d'hormones thyroïdiennes) chez les animaux. Qu’en est-il des humains ? Je vous soumets la réponse de l’Institut Linus Pauling de la Oregon State University : « Cependant, l'exposition accrue aux ions thiocyanate par la consommation de légumes crucifères ou, plus couramment, par le tabagisme, ne semble pas augmenter le risque d'hypothyroïdie, à moins qu'elle ne s'accompagne d'une carence en iode. Une étude menée chez l'homme a montré que la consommation de 150 g/jour (5 oz/jour) de choux de Bruxelles cuits pendant quatre semaines n'avait pas d'effets indésirables sur la fonction thyroïdienne. De même, la consommation de grandes quantités de légumes crucifères a été associée à une augmentation du risque de cancer de la thyroïde uniquement dans les régions déficientes en iode. »


MA RECETTE DE SALADE DE CHOU ROUGE


Découper finement au couteau 3 tasses de belles lanières de chou rouge. Immédiatement verser le jus d’un citron sur le chou rouge pour conserver sa couleur rouge et augmenter la biodisponibilité des glucosinolates, précurseurs des isothiocyanates bénéfiques pour la santé. Ajouter ¼ à ½ tasse d’oignon doux haché, de l’huile d’olive, du sel (iodé) et des algues en poudre (une excellente source d’iode), quelques gouttes de sirop d’érable, quelques gouttes de tamari, de l’aneth fraîche, et une bonne quantité de persil finement ciselé. DÉLICIEUSEMENT BON pour tout ou presque !


©2021 Danièle Starenkyj

SOURCES

•Małgorzata Kiełczykowska et coll., The Great Healing Potential Hidden in Plant Preparations of Antioxidant Properties: A Return to Nature? Oxid Med Cell Longev, 2020.

• Rahul Chandran et coll., Identifying Plant-Based Natural Medicine against Oxidative Stress and Neurodegenerative Disorders, Oxid Med Cell Longev, 2020.

• Bruno Veber et coll., Red cabbage (Brassica oleracea L.) extract reverses lipid oxidative stress in rats, An Acad Bras Cienc, 2020.

•Paula Garcia-Ibañez et coll., The Influence of Red Cabbage Extract Nanoencapsulated with Brassica Plasma Membrane Vesicles on the Gut Microbiome of Obese Volunteers, Foods, 2021.

•A Hosseini  et coll., Hypnotic Effect of Red Cabbage (Brassica oleracea) on Pentobarbital-Induced Sleep in Mice, J Pharm Bioallied Sci., 2018.

•Tianyi Yue et coll., Physical and chemical properties of purple cabbage as affected by drying conditions, International Journal of Food Properties, 2021.

• Cruciferous Vegetables | Linus Pauling Institute, Oregon State University, 2005-2021. 

• Nan Zhang et coll., Red Cabbage Rather Than Green Cabbage Increases Stress Resistance and Extends the Lifespan of Caenorhabditis elegans, Antioxidants, 2021.



81 vues