top of page
  • Danièle Starenkyj

LE SOLEIL EN PILULE : DE NOUVELLES ÉTUDES SUR LA VITAMINE D3

L’été a été très pluvieux et il a été difficile de faire des réserves de vitamine D3 pour l’hiver qui, de toute façon, dans notre pays nordique, ne favorise pas un plein ensoleillement.


Alors, voici quelques conclusions d’études récemment publiées sur les bienfaits de la supplémentation quotidienne en vitamine D3.


1. Dosage oral quotidien de la vitamine D3 à raison de 5000 à 50 000 unités internationales par jour chez les patients hospitalisés à long terme : Aperçu d'une expérience de sept ans


→La vitamine D3 est une hormone produite dans la peau en quantités estimées à 25 000 unités internationales (UI) par jour par l'action des rayons ultraviolets du soleil.


→ La carence en vitamine D est fréquente en raison d'une exposition insuffisante de la peau au soleil et du fait que la vitamine D est présente dans très peu de sources alimentaires.


→ La carence est fortement liée à un risque accru d'une multitude de maladies, dont plusieurs se sont historiquement améliorées de façon spectaculaire avec une exposition adéquate de la peau aux rayons du soleil ou avec une supplémentation orale ou topique en vitamine D.


→ Ces maladies sont l'asthme, le psoriasis, l'arthrite rhumatoïde, le rachitisme et la tuberculose.


→ Depuis juillet 2011, tous les patients d’un hôpital à Dayton, Ohio, É.-U., font l'objet d'un dépistage systématique de la carence en vitamine D à l'admission et se voient proposer une supplémentation pour corriger ou prévenir la carence.


→ Au cours de cette période, plus de 4 700 patients ont été admis, dont la grande majorité a accepté une supplémentation de 5 000 ou 10 000 UI par jour.


→ En raison de problèmes de santé, quelques patients ont accepté des quantités plus importantes, allant de 20 000 à 50 000 UI/jour.


→ Il n'y a pas eu de cas d'hypercalcémie induite par la vitamine D3 ni d'effets indésirables attribuables à la supplémentation en vitamine D3 chez aucun patient.


→ Trois patients atteints de psoriasis ont montré une nette amélioration clinique de leur peau en prenant 20 000 à 50 000 UI/jour.


→ Les auteurs de l’étude concluent : une supplémentation à long terme en vitamine D3 à des doses allant de 5 000 à 50 000 UI/jour semble être sans danger.

2. Effets immunologiques de la vitamine D sur la santé et les maladies humaines


→ La vitamine D est responsable de la régulation du métabolisme du calcium et du phosphate et du maintien d'un squelette minéral sain.


→ Elle est également connue comme une hormone immunomodulatrice.


→ Des études expérimentales ont montré que la forme active de la vitamine D exerce des activités immunologiques sur de multiples composants du système immunitaire inné et adaptatif ainsi que sur la stabilité de la membrane endothéliale (face interne des vaisseaux sanguins).


→On a observé une association entre de faibles niveaux de vitamine D sérique et un risque accru de développer plusieurs maladies et troubles liés à l'immunité, notamment le psoriasis, le diabète de type 1, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, la tuberculose, la septicémie, l'infection respiratoire et la COVID-19.


→ Il est conseillé d'augmenter l'apport en vitamine D et de s'exposer de manière raisonnable au soleil afin de maintenir le niveau de 25-hydroxyvitamine D sérique à au moins 30 ng/mL et de préférence à 40-60 ng/mL pour obtenir les avantages optimaux de la vitamine D pour la santé.


3. La supplémentation en vitamine D réduit-elle la gravité de la maladie COVID-19 ?


→ Cette étude résume les données probantes visant à étudier l'effet de la supplémentation en vitamine D sur la morbidité et la mortalité chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19.


→ Pour cette étude, les revues systématiques et les méta-analyses publiées de décembre 2019 à janvier 2022 présentant l'impact de la supplémentation en vitamine D sur la sévérité du COVID-19 ont été passées au crible et sélectionnées.


→ Une méta-analyse de sept études systématiques a montré que la supplémentation en vitamine D a réduit le risque de mortalité chez les patients atteints de COVID, le besoin de soins intensifs et de ventilation mécanique.


→ L'analyse qualitative a montré que les suppléments (oraux et intraveineux) sont bien tolérés, sûrs et efficaces chez les patients COVID-19.


→ Les auteurs de cette étude concluent que les résultats de cette étude montrent que la supplémentation en vitamine D est efficace pour réduire la gravité de la COVID-19 et devrait donc être recommandée en tant que thérapie adjuvante pour la COVID-19.


4. Effet d'une supplémentation en vitamine D3 au cours des 2 premières années de vie sur les symptômes psychiatriques à l'âge de 6 à 8 ans : Un essai clinique randomisé


Cette étude est un suivi à long terme de l'essai clinique randomisé en double aveugle « Vitamin D Intervention in Infants (VIDI) » mené dans un seul centre à Helsinki, en Finlande, à 60 degrés de latitude nord.


→ L'étude VIDI comprenait à l'origine 987 enfants nés à terme ; 546 d'entre eux ont participé au suivi à l'âge de 6 à 8 ans, et 346 d'entre eux avaient des données sur les symptômes psychiatriques déclarés par les parents. Les données ont été analysées de juin 2022 à mars 2023.


→ Pour l’intervention, 169 nourrissons ont été randomisés pour recevoir 400 UI et 177 nourrissons ont été randomisés pour recevoir 1200 UI de supplémentation orale en vitamine D3 quotidiennement de l'âge de 2 semaines à l'âge de 24 mois.


→ Cet essai clinique randomisé a montré qu'une supplémentation en vitamine D3 supérieure à la norme au cours des deux premières années diminuait le risque de problèmes d'intériorisation (symptômes de colère-irritabilité et de dépression-anxiété) à l'âge de 6 à 8 ans.

5. La vitamine D -- Activité de formation continue


→ Chez l'adulte, la carence en vitamine D entraîne une minéralisation anormale de la matrice de collagène des os, appelée ostéomalacie. Lorsque cette matrice de collagène est faible, elle ne fournit pas un soutien structurel adéquat et augmente le risque de fracture. Cette matrice anormalement minéralisée pousse le périoste (la gaine de l’os), une structure hautement innervée, vers l'extérieur, ce qui entraîne des douleurs osseuses, une plainte courante chez les personnes souffrant d'une carence en vitamine D.


→ La carence en vitamine D entraîne également une faiblesse musculaire et des douleurs musculaires. Les patients se plaignent de douleurs osseuses et musculaires généralisées. Environ 40 à 60 % des patients souffrant de myalgies généralisées et de douleurs osseuses présentent une carence en vitamine D.


→ Aux États-Unis, 50 % des enfants âgés de 1 à 5 ans et 70 % des enfants âgés de 6 à 11 ans présentent une carence en vitamine D.


→ La carence et l'insuffisance en vitamine D3 constituent un problème dans le monde entier. Les femmes enceintes, les Afro-Américains, les Hispaniques, les adultes obèses et les enfants présentent un risque élevé de carence en vitamine D3.


→ La carence généralisée en vitamine D3 est attribuée à l'augmentation de la consommation d'alcool (il a été démontré que la consommation régulière d'alcool abaisse les niveaux de vitamine D3), à l'augmentation de l'incidence de l'obésité, à la diminution de la consommation de lait (enrichi en vitamine D3) et à l'utilisation de protections solaires. Les écrans solaires, qui absorbent également les rayons UVB (responsables du bronzage), diminuent la production cutanée de vitamine D. Un écran solaire avec un facteur de protection solaire (FPS) de 8 réduit la production cutanée de vitamine D de plus de 95 % et un écran solaire avec un FPS de 15 la réduit de plus de 98 %.


→ La vitamine D a une fonction physiologique en dehors du métabolisme du calcium. Le récepteur de la vitamine D est présent dans l'intestin grêle, le côlon, les lymphocytes T et B, les cellules mononucléaires, le cerveau et la peau.

→ Elle stimule la production d'insuline, module la fonction des lymphocytes T et B activés, prévient les maladies inflammatoires de l'intestin et affecte la contractilité du myocarde.


→ La vitamine D3 topique est utile dans le traitement du psoriasis. Elle réduit la desquamation et l'érythème dans le psoriasis. Les kératinocytes de la peau, qui fonctionnent anormalement dans le psoriasis, possèdent des récepteurs de vitamine D, et la vitamine D inhibe leur prolifération et induit leur différenciation.


→ Les personnes dont la peau est plus pigmentée ont une production cutanée de vitamine D réduite et ont besoin d'une durée d'exposition plus longue aux rayons UVB pour produire de la vitamine D.

CONCLUSION


Nous avions un ami qui disait : « Donnez-moi le soleil, et j’accepterai tous les hivers du monde. » Mon père aimait citer un auteur qui affirmait : « La vie est enfant du soleil. » Et puis, il y a cette parole de l’Évangile qui ne cesse de m’émouvoir : « Votre Père qui est dans les cieux fait lever son soleil sur les méchants et les bons. » Le soleil, sans exception, sans conditions, est pour tous… N’est-ce pas une preuve incontournable que tous, nous en avons un grand besoin ?


Ne négligeons plus cette vitamine du soleil. Soyons reconnaissants que l’on puisse la prendre en pilule alors que notre monde avec ses longs mois hivers et ses étés suffocants nous forcent souvent à rester loin des rayons du soleil.


© 2023 Danièle Starenkyj

RÉFÉRENCES

1. Patrick J McCullough et coll., Daily oral dosing of vitamin D3 using 5000 TO 50,000 international units a day in long-term hospitalized patients: Insights from a seven year experience, J Steroid Biochem Mol Biol, 2019.

2. Nipith Charoenngam et coll., Immunologic Effects of Vitamin D on Human Health and Disease, Nutrients, 2020.

3. Samuel Sandboge  et coll., Effect of Vitamin D3 Supplementation in the First 2 Years of Life on Psychiatric Symptoms at Ages 6 to 8 Years: A Randomized Clinical Trial, JAMA Netw Open, 2023.

4. K Shah t coll., Does vitamin D supplementation reduce COVID-19 severity ?: a systematic review, QJM, 2022.

5. Krati Chauhan et coll., Vitamin D, StatPearls, Continuing education activity, 2023.

6. Sha Sha  et coll., Real-world evidence for the effectiveness of vitamin D supplementation in reduction of total and cause-specific mortality, J Intern Med, 2023.

7. Matthieu 5.45, La Bible.










300 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
bottom of page