hORIzON 2018

Explosion de pétards. Éclatement de feux d’artifice. Débouchage de bouteilles. Le monde entier en liesse se souhaite une bonne et heureuse année. Une fois de plus. L’effet de foule est puissant et on y croit, le temps d’un instant. Mais la réalité est implacable. Elle demeure même quand on l’occulte. Ainsi, permettez-nous, mon mari et moi-même, de vous offrir avec sérieux, aimables lecteurs d’ORION, une année 2018 meilleure, une année où vous vivrez selon vos convictions, maintiendrez vos décisions, et établirez et respecterez vos priorités, la plus riche de bonheur étant celle de faire passer les autres avant les choses. À l’horizon de vos vies, vous accrocherez votre cœur et dans la place

VAGUE DE FROID ET EXERCICE

Il fait un froid de canard comme disait ma mère… Difficile de mettre le nez dehors plus de quelques minutes. En fait, on gèle même à l’intérieur, et pourtant on ne cesse bourrer le poêle de bonnes bûches de bois. Alors, dans de telles conditions météorologiques, comment vaincre la sédentarité, ce fléau moderne en relation avec le risque d’attaque cérébrale, de diabète, de maladies cardiovasculaires et de cancers du sein et de l’intestin ? Cette désastreuse habitude contribue à 50 % des décès prématurés au Canada. La prévention de ces désordres comprend un taux d’activité physique dont l’intensité est de 3000 à 4000 MET-minutes/semaine (MET est un acronyme pour Metabolic Equivalent Task ; il

LES NOËLS DE MON ENFANCE

Maman aimait particulièrement Noël. Elle y mettait tant de joie ! La joie de nous faire plaisir à nous, ses enfants. Elle ne manquait jamais de nous rappeler ses Noëls à elle, des Noëls qui, quand elle nous en parlait, remplissaient encore ses yeux de larmes. Sa mère avait décidé de liquider les dettes de son mari maréchal-ferrant. Officier préposé au soin des chevaux, il ferrait les chevaux de la cavalerie, mais aussi les bœufs, les ânes, et les mulets des paysans du village. Homme sombre et taciturne – il avait quitté la maison à 14 ans, puis il s’était enrôlé dans l’armée – il avait accumulé des dettes qui faisaient honte à sa femme. N’en pouvant plus, elle lui avait annoncé un jour qu’el

GÂTEAU POUR UN REPAS FESTIF

La recette est de mon amie Joan, cuisinière passionnée, qui après avoir suivi un de mes cours de cuisine, a développé d’excellentes recettes végétaliennes. Les photos ont été prises lors d’un cours très animé dans la petite localité de Stukely Sud. Joan était mon assistante, et à mes recettes de cuisine simple pour tous les jours, elle a ajouté quelques recettes de desserts « extraordinaires » -- sortant de l’ordinaire. Que ce gâteau fasse briller les yeux de vos convives ! Gâteau au fauxmage et au citron (recette sans cuisson) Croûte : ¾ tasse d’amandes - noix de Grenoble ou pacanes – crues 1/8 à ¼ tasse de noix de coco non sucrée ½ tasse de dattes fraîches Émietter au robot. Déposer au

Quand les chiffres crient…

Le 8 juin 2015, l’Étude globale du fardeau de la maladie en 20131 avec ses chiffres ahurissants, faisait les gros titres de la majorité des journaux du monde. Certains journaux rapportaient à la une que « 95 % des humains souffrent d’une affection », d’autres journaux titraient que « seulement 5 % des personnes dans le monde n’ont aucune maladie ni handicap ». Oui, ces chiffres sont ahurissants, mais celui qui m’a le plus accablée est celui-ci : 64 % des enfants de moins de cinq (5) ans dans les pays développés ont un problème de santé ! Soyons-en conscients, ce chiffre ne parle pas des enfants dans les pays pauvres et démunis, et il ne les inclut pas. Ce chiffre, strident comme une sirène

LA FORCE DES CÉRÉALES COMPLÈTES : une vérification historique

J’aime mon Guide romain antique, épluché, souligné, lu et relu maintes fois. Ce livre décrit les quatre actes de l’Épopée romaine -- ce royaume décrit dans un ancien texte comme ayant la force du fer, pulvérisant et cassant tout. L’exposé est clair : il s’agit d’une civilisation qui passe de la stabilité au chaos, de l’élévation à la chute, de son apparition à sa disparition. Chaque étape est décrite avec précision, sans oublier la vie quotidienne, et donc les repas. 1. Dans la Rome royale, «on mange pour vivre », c’est-à-dire pour agir, construire, conquérir. Ces premiers Romains sont étonnants de force, de courage, de piété. Paysans à l’esprit pratique, ils vivent chichement – il s’agit-là

Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe