• Danièle Starenkyj

UN DOUX REMÈDE ANTIVIRAL : LA RÉGLISSE

LA RÉGLISSE est l'une des plantes médicinales les plus utilisées et les plus étudiées au monde. Le mot réglisse dérive essentiellement du grec ancien et signifie « racine douce ». L'un des principaux ingrédients actifs de cette racine est la glycyrrhizine qui est 50 fois plus sucrée que le saccharose, d’où son abondante utilisation dans l’industrie alimentaire et tabagique. Elle contient également plus de 20 triterpénoïdes et 300 flavonoïdes d’où son usage millénaire comme médicament – la racine de réglisse a un effet analogue à celui de la cortisone sécrétée par les glandes surrénales, responsable de ses effets puissamment anti-inflammatoires, antiarthritiques et anti-allergiques.


La Food and Drug Administration américaine a déclaré la réglisse comme une substance « généralement reconnue comme sûre, sans danger (GRAS) » pour l’utilisation dans les aliments (pâtisseries, confiserie, etc.).


Pharmacologie


Une grande partie de la pharmacologie de la réglisse se concentre sur la glycyrrhizine et l'acide glycyrrhétinique. Il existe cependant des préparations de réglisse déglycyrrhisée utilisées principalement dans le traitement des ulcères peptiques (gastriques et duodénaux) et aphteux (buccaux).


Voici succinctement quelques activités anti-infectieuses de la glycyrrhizine :


ACTIVITÉS ANTIVIRALES ET ANTIMICROBIENNES


L'utilisation la plus populaire des préparations orales de réglisse est le traitement des maladies virales, en particulier le rhume. Cette utilisation historique est justifiée par ses effets immunitaires et antiviraux.


→ Il a été démontré que la glycyrrhizine inhibe directement la croissance de plusieurs virus à ADN et à ARN dans les cultures cellulaires (vaccine, Epstein-Barr, herpès simplex, maladie de Newcastle, virus de la stomatite vésiculeuse, coronavirus associé au SRAS -- syndrome respiratoire aigu sévère, VIH). Elle inactive également le virus herpès simplex 1 (HSV-1) de manière irréversible.

→ Les composants de la réglisse exercent également une action antibactérienne contre des agents pathogènes communs (S. pyogenes, Haemophilus influenzae, et Moraxella catarrhalis).

→ Il n’est donc pas surprenant de trouver un article très récent au titre plein d’espoir « Action protectrice symptomatique de la glycyrrhizine (réglisse) dans l'infection par la COVID-19 ? »

L’auteur explique : la glycyrrhizine est un composant fréquent des médicaments traditionnels chinois qui ont été utilisés pour contrôler les infections COVID-19. Il existe un effet direct de la réglisse pour réduire la transmission du virus. Celle-ci peut réduire la gravité d'une infection par COVID-19 aux deux stades du processus de la maladie induite par COVID-19 : Elle bloque le nombre de points d'entrée du virus, et elle fournit un mécanisme anti-inflammatoire indépendant de l’enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ECA2) impliquée dans l’infection COVID-19.

La conclusion de l’auteur est sobre : « La glycyrrhizine est un composé largement disponible et globalement sûr. Elle peut être capable de réduire l'expression de l'ECA2 dans les poumons et, malgré cela, de réduire l'inflammation pulmonaire. Il serait bon d'étudier ce composé (la glycyrrhizine) pour un type de prévention primaire, qui ne diminue pas nécessairement le risque d'infection, mais pour réduire potentiellement la gravité de la maladie, et pour réduire la symptomatologie déjà existante. Cela pourrait contribuer à réduire le nombre de patients gravement malades qui submergent actuellement le système de santé. »


→ Il a été démontré que la glycyrrhizine et l'acide glycyrrhétinique induisent l’interféron. Les interférons sont des protéines qui entraînent une forte activité antivirale en se liant aux surfaces cellulaires, où ils stimulent la synthèse des protéines intracellulaires qui bloquent la transcription de l'ADN viral. L'induction de l'interféron est également suivie par l'activation des macrophages et l'augmentation de l'activité des cellules tueuses naturelles (apoptose).


UNE HERBE MÉDICINALE ESSENTIELLE


Ces dernières années, de nombreuses études ont rapporté que les composés actifs isolés de la réglisse possèdent de multiples activités : activités antitumorales, antimicrobiennes, antivirales, anti-inflammatoires, immunorégulatrices et plusieurs autres qui contribuent à la récupération et à la protection des systèmes nerveux, alimentaire, respiratoire, endocrinien et cardiovasculaire.


• La réglisse (Glycyrrhiza) peut également être utilisée dans la gestion des troubles de l'apprentissage, de la démence et de la maladie d'Alzheimer.

• L’activité antitumorale de la glycyrrhizine a été identifiée comme un candidat médicament intéressant pour le traitement du cancer. Aujourd'hui, les chercheurs étudient intensément l'applicabilité de la réglisse dans le traitement du cancer du sein et de la prostate.


LA RÉGLISSE À L’ANCIENNE MODE


Les plantes continuent à inspirer la pharmacopée moderne et à lui fournir certains de ses médicaments les plus puissants, mais je vous invite à utiliser la réglisse à l’ancienne mode, soit en poudre et/ou en tisane, et à bon escient, soit à la pointe de couteau au besoin.


Les données et rapports actuels permettent de conclure que la réglisse peut être utilisée comme médicament thérapeutique à faible dose pour des affections corporelles importantes et qu’elle ne présente aucun risque d'utilisation. Plus précisément, le Comité scientifique européen de l'alimentation humaine a recommandé que l'ingestion quotidienne ne dépasse pas 100 mg de glycyrrhizine (60-70 g de réglisse).


De toute façon, cela fait des millénaires que c’est ainsi – à faible dose et entière -- que les herboristes -- tant orientaux qu’occidentaux -- utilisent la racine de réglisse en poudre avec d’excellents résultats. Renouons avec cette tradition respectueuse de la plante telle que donnée par la nature.


© 2020 Danièle Starenkyj

1. Michael T. Murray, Glycyrrhiza glabra (Licorice), Textbook of Natural Medicine, 10 juillet 2020.

2. Chiara Sabbadin, Licorice: From Pseudohyperaldosteronism to Therapeutic Use, Frontiers in Endocrinology (Lausanne),10, 484, 2019.

3. Harald Murck, Symptomatic Protective Action of Glycyrrhizin (Licorice) in COVID-19 Infection? Frontiers in Immunology, 11, 1239, mai 2020.


162 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe