• Danièle Starenkyj

LE MIEL MILLÉNAIRE AU SECOURS DE MAUX ACTUELS

Don généreux des abeilles infatigables, le miel retrouve une place favorable dans la pharmacopée moderne.


LES ANCIENS DISAIENT


Dans toutes les civilisations anciennes, le miel est présenté comme un aliment-remède prolongeant l’existence – mais, dit Hippocrate, une existence « dans toute sa vigueur » -- fortifiant la vue, tonifiant les organes sexuels, cicatrisant efficacement les plaies en les purifiant, guérissant les inflammations, et utile dans le sevrage alcoolique – la recette est d’Hippocrate : une cuillerée de miel toutes les heures. (On sait maintenant qu’il y a un lien vérifié entre l’hypoglycémie et l’alcoolisme. (Voir LE MAL DU SUCRE, p.62-64)


DES ÉTUDES SCIENTIFIQUES RÉCENTES CONFIRMENT


Rapportons les conclusions de quelques études au 21e siècle.


1. Le miel anti-inflammatoire

Une étude affirme que le miel naturel, non pasteurisé, qui contient des flavonoïdes et des acides phénoliques aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, joue un rôle important dans la santé humaine. En effet, l'inflammation joue un rôle clé dans le développement de maladies chroniques, notamment le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète, l'arthrite et les maladies neurodégénératives, dont le traitement représente un énorme défi.


- Le miel agit sur les cytokines pro- et anti-inflammatoires.


- Chez les patients atteints de cancer, le miel a été signalé comme inhibant les effets des facteurs pro-inflammatoires.


- Chez les patients atteints de troubles neuro-inflammatoires, il a été démontré que le miel inhibe l'expression des marqueurs pro-inflammatoires.


- Le miel peut réduire l'expression du facteur de nécrose tumorale, TNF-α, dans des conditions associées à des lésions hépatiques, dans l’ulcère gastrique, et chez les diabétiques.

2. Le miel comme médecine complémentaire attrayante


Les avantages du miel pour la santé vont de l'activité antioxydante, immunomodulatrice et anti-inflammatoire à l'action anticancéreuse, aux avantages métaboliques et cardiovasculaires, aux propriétés prébiotiques, au contrôle des agents pathogènes humains et à l'activité antivirale.


3. Le miel en dermatologie et pour les soins de la peau


Le miel est composé principalement de fructose et de glucose, et contient des protéines et des acides aminés, des vitamines, des enzymes, des minéraux et d'autres composants mineurs, tous utiles pour le traitement des maladies de la peau.


En dermatologie, le miel est particulièrement adapté comme pansement pour les plaies et les brûlures. lI a également été inclus dans les traitements contre le pityriasis (rougeur diffuse avec exfoliation de la peau sous forme de fines lamelles) , la teigne (mycose du cuir chevelu, des ongles, des mains , des pieds, etc.), la séborrhée (peau grasse), les pellicules, la dermatite fessière, le psoriasis, les hémorroïdes et la fissure anale. Son usage, dans ces cas, est topique.


En cosmétologie, le miel est abondamment utilisé. Sous forme de masque ou de crème, il maintient la jeunesse de la peau, retarde la formation des rides, régule le pH cutané et prévient les infections pathogènes.


4. Le miel comme traitement en otorhinolaryngologie


Les méta-analyses de la plus haute qualité soutiennent le miel en usage oral pour la prévention et le traitement de la mucosité orale chez les patients atteints de cancer (cette inflammation de la bouche qui survient chez la moitié des patients traités par chimio- ou radiothérapie), la toux associée à une infection des voies respiratoires supérieures chez les enfants, et le contrôle de la douleur après une amygdalectomie.


5. Le miel indiqué dans la sécheresse oculaire


La sécheresse oculaire est une maladie multifactorielle qui touche environ 5 à 50 % des individus dans diverses populations.


L'application d’une crème à base de miel pendant la nuit a permis d'améliorer de manière significative la sécheresse oculaire, la stabilité du film lacrymal et l'épaisseur de la couche lipidique, et de réduire la coloration rouge du bord de la paupière (blépharite), le Demodex (acarien) oculaire et la charge bactérienne.


6. Le miel et le traitement de l’asthme chez les enfants


Dans cette étude, des enfants qui faisaient plusieurs quintes de toux par jour ou en faisaient au moins une fois par mois au point de se réveiller de leur sommeil la nuit, ont reçu du miel oral dès le début de l’attaque. Le miel a été efficace pour calmer les quintes de toux au grand bonheur des parents.

7. Le miel et la santé reproductive


Le miel a une composition chimique et biologique très complexe, composée de divers composés bioactifs essentiels, d'enzymes, d'acides aminés et organiques, d'acide phosphorylase, de substances phytochimiques, de substances de type caroténoïde, de vitamines et de minéraux.


Les auteurs de cette étude affirment que le rôle principal du miel est d'améliorer la fertilité, protéger

contre les effets toxiques des agents xéno-œstrogéniques sur les fonctions reproductives féminines, et aider au traitement des troubles gynécologiques, tels que l'infection par la candidose vulvo-vaginale, qui affectent la vie des femmes.


Les données actuelles montrent que la supplémentation en miel à court terme après une ménopause chirurgicale ou physiologique exerce un effet œstrogénique, antioxydant et anti-inflammatoire sur le système reproducteur féminin. Le miel peut agir comme une alternative à l'hormonothérapie substitutive lors de la ménopause pour protéger le vagin et l'utérus de l'atrophie. On le prend à la cuillère, plusieurs fois par jour.


8. Le miel antibactérien étonnant


La résistance antibactérienne est devenue un problème difficile dans le monde entier. On parle de l'émergence croissante de microbes multirésistants aux antibiotiques actuels. On cherche à développer des stratégies antimicrobiennes alternatives ou complémentaires, et c’est ce qui a conduit la communauté scientifique à étudier des substances, des formules ou des principes actifs utilisés avant l'ère des antibiotiques.


On se souvient ainsi que, depuis des millénaires, le miel a été utilisé pour soigner les plaies purulentes. On trouve, plus près de nous, son usage topique sur les blessures, les brûlures et les plaies des soldats dans les guerres napoléoniennes et pendant la Première et la Deuxième guerre mondiale, entre autres.


Les caractéristiques intrinsèques et la composition complexe du miel -- elle inclut différentes substances aux propriétés antimicrobiennes -- en font un agent antimicrobien dont les sites cibles sont multiples et différents dans la lutte contre les bactéries. Cette caractéristique, associée à la quasi-impossibilité de développer une résistance au miel, indique qu'il pourrait devenir une alternative efficace dans le traitement des bactéries résistantes aux antibiotiques.


En fait, le miel a été signalé comme ayant un effet inhibiteur sur environ 60 espèces de bactéries, quelques espèces de champignons et de virus. Il est efficace contre le H. pylori impliqué dans la gastrite et l’ulcère gastroduodénal.


De plus, diverses études ont démontré que le miel naturel, non pasteurisé, et plus particulièrement le miel de manuka, produit à partir du nectar de l'arbre de manuka, un arbre qui ne pousse que dans certaines régions de Nouvelle-Zélande et d'Australie et de Tasmanie, peut inhiber le processus de carcinogenèse en contrôlant différents processus moléculaires, et la progression des cellules cancéreuses. Ce miel, très utilisé en pansement sur les plaies de toute sorte, possède diverses activités biologiques puissantes, notamment des capacités antioxydantes, antimicrobiennes et antiprolifératives. Il est aussi utilisé par voie orale.


CONCLUSION


Permettez-moi ces quelques réflexions.


Mon père nous disait souvent très sérieusement qu’on a toujours besoin d’un plus petit que soi. Notre monde a besoin des abeilles, il a besoin des fleurs, il a besoin d’apiculteurs respectueux de la nature, il a besoin de bon miel.


Albert Einstein l’a dit en ces mots : « Si l'abeille disparaissait de la surface du globe, il ne resterait plus que quatre ans à l'homme. Plus d'abeilles, plus de pollinisation, plus de plantes, plus d'animaux, plus d'homme. »


Un ancien proverbe biblique, répété depuis des millénaires à leurs enfants par des parents pieux, conseille : « Mon fils, mange du miel car il est bon ; ton palais appréciera la douceur qui coule des rayons. Aussi douce sera, pour ton âme, la connaissance. Si tu l’acquiers, il y a de l’avenir pour toi, et ton espérance ne sera pas déçue. » (Proverbes 24.13)


Notre génération a besoin d’une telle connaissance qui sera, oui, aussi douce que le miel pour nous tous.


Et si les abeilles, les fleurs, et le miel vous enchantent, voici un site Web québécois à visiter :


Warré Hive. Natural Beekeeping with RebelBees! https://www.rebelbees.ca


©2022 Danièle Starenkyj

RÉFÉRENCES 1. Narges Navaei-Alipour et coll., The effects of honey on pro- and anti-inflammatory cytokines: A narrative review, Phytother Res, juillet 2021. 2. Yazan Tanneh er coll., Honey and its nutritional and anti-inflammatory value, BMC Complement Med Ther, Janvier 2021. 3. MG Miguel et coll., Honey as a Complementary Medicine,

Integr Med Insights, 2017. 4. Bruno Burlando et coll., Honey in dermatology and skin care: a review, J Cosmet Dermatol, décembre 2013. 5. Kamal Niazet coll., Health Benefitsof Manuka honeyas an essential Vonstituent for Tissue regenation, Curr Drug Metab, 2017. 6. Theresa Tharakan et coll., Honey as a Treatment in Otorhinolaryngology: A Review by Subspecialty, Ann Otol Rhinol Laryngol, mars 2019. 7. Rhiya Mittal et coll., Alternative therapies for dry eye disease, Curr Opin Ophthalmol, juillet 2021. 8. Yasin Yildiz et coll., Complementary and alternative medicine use in children with asthma, Complement Ther Clin Pract, mai 2021. 9. Siti Sarah Mohamad Zaid et coll., Protective Roles of Honey in Reproductive Health: A Review, Molecules, juin 2021. 10. Patricia Combarros-Fuertes et coll., Honey: Another Alternative in the Fight against Antibiotic-Resistant Bacteria? Antibiotics (Basel) novembre 2020. 11. Victoria C. Nolan et coll., Clinical Significance of Manuka and Medical-Grade Honey for Antibiotic-Resistant Infections: A Systematic Review, Antibiotics (Basel), octobre 2020

174 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square