• Danièle Starenkyj

LE CHARBON, LE CHOLESTÉROL, ET LES TRIGLYCÉRIDES

Le taux de cholestérol dans le sang constitue un indice important de santé globale. Selon le Dr T. Colin Campbell (The China Study), en dessous de 200 mg /dl, un individu est à l’abri des maladies du gras.


S’il existe une hyperlipidémie d’origine génétique (hypercholestérolémie familiale), l’excès de cholestérol dans le sang est généralement une anomalie acquise qui survient lors :


*d’un régime habituel riche en produits animaux (graisses) et sucrés (dépourvus de fibres) ;

*d’une anorexie mentale liée à un régime très pauvre en calories qui peut entraîner une élévation du taux sanguin de cholestérol de 36 % à 73 % ;

*d’une prise excessive ou prolongée d’huiles de poisson ;

*de la consommation habituelle d’alcool qui élève les triglycérides et le cholestérol HDL ;

*de la prise de médicaments dont elle est un effet secondaire : stéroïdes, glucocorticoïdes, androgènes anabolisants, hormones féminines (celles de la ménopause et de la contraception), diurétiques, agents bloquants alpha et bêta, rétinoïdes, cyclosporine, médicaments antiépileptiques, cimétidine, tamoxifène, amiodarone ;

*de désordres du métabolisme : hypothyroïdie, obésité, diabète ;

* de maladies du foie (cholestase, cirrhose), des reins (déficience rénale chronique, néphrose), des porphyries, du lupus érythémateux disséminé.


LES ARMES THÉRAPEUTIQUES


Les médicaments hypocholestérolémiants récents peuvent abaisser le cholestérol de 30 % à 50 % rapidement mais selon une étude, ils peuvent aussi augmenter les comportements agressifs, violents et dépressifs. Leurs nombreux effets secondaires désagréables – lisez la notice qui accompagne le médicament prescrit-- poussent de nombreux patients à laisser tomber le traitement médical. Ainsi, la non- observance thérapeutique est fréquente chez les patients qui ont des taux sanguins de cholestérol au-dessus de 200 mg / dl.

LE CHARBON ACTIVÉ ET SON EFFET HYPOCHOLESTORÉMIANT


Le charbon activé est un adsorbant naturel d’origine végétale dont la surface, composée de micropores, peut atteindre, pour les meilleures qualités de charbon, 2000 m2 par gramme.

Le charbon activé, selon les études poussées de plusieurs chercheurs européens et américains, diminue le cholestérol et les triglycérides dans le sang.


Par quels mécanismes ?


Le charbon adsorbe les acides biliaires dans l’intestin. Le rôle des acides biliaires est l’émulsification et l’absorption intestinale des lipides en provenance d’une alimentation riche en graisses saturées et insaturées, et pauvre en fibres.

Plus l’apport en graisses est élevé dans un régime, plus le foie doit fabriquer de bile qui déversera en grand nombre des acides biliaires dans l’intestin pour métaboliser tous ces lipides alimentaires.

La capacité du charbon de capter les acides biliaires dans ses pores et de les éliminer dans les selles est alors extrêmement utile.


La surcharge en acides biliaires est toujours dangereuse :


1. Elle produit la synthèse du cholestérol dans le foie et freine son excrétion ; elle est donc toujours une cause de l’augmentation du taux de cholestérol sanguin.

2. Elle favorise la prolifération de bactéries mutagènes et cancérogènes dans le côlon. Ces bactéries en s’attaquant aux acides biliaires permettent la formation d’acides biliaires secondaires (aussi dits acides libres) dans la bile et les matières fécales. Les acides biliaires libres sont impliqués dans l’étiologie des cancers du côlon.

3. Elle encourage la fabrication, par ces bactéries malsaines, d’œstrogènes à partir des acides gras. Ainsi, plus elles sont nombreuses parce que les acides biliaires sont nombreux, plus une personne peut être soumise aux effets cancérogènes des œstrogènes responsables des cancers hormono-dépendants : cancers du sein, de l’utérus, des ovaires, de la prostate, des testicules.

4. L’excès de cholestérol et de triglycérides est lié à l’athérosclérose, ou durcissement des artères, qui est un prélude aux maladies cardiovasculaires.


Le miracle du charbon activé en poudre


C’est en 1978 que E. A. Friedman, célèbre néphrologue américain, découvrait, pour la première fois, que le charbon qu’il administrait à ses patients urémiques avait des effets extrêmement positifs non seulement sur leur condition rénale mais aussi sur leur taux de cholestérol et de triglycérides. À la suite d’expériences répétées, il a donné la preuve que le charbon activé en poudre mélangé à de l’eau froide et pris en quatre (4) doses quotidiennes de 8,8 g, soit une grosse cuillère à soupe comble, abaissait de façon significative les triglycérides (67 %) et le cholestérol (36 %) sur une période de 6 mois. Il avait obtenu ces résultats sans modification du régime alimentaire de ses patients et sans aucun effet secondaire malheureux. Plus encourageant encore, ces résultats se maintenaient une fois la carbothérapie terminée.

À cause de son innocuité et de l’effet marqué de son action normolipémiante, Friedman a recommandé l’usage du charbon activé dans le traitement de l’hyperlipidémie courante dans l’azotémie (élévation de l’urée dans le sang), le diabète, ou la néphropathie. Il se réjouit que, contrairement à d’autres médications normolipémiantes comme le clofibrate qui peut entraîner des lésions musculaires et un délabrement de la fonction rénale, le charbon n’a pas d’effets indésirables. S’il lie les acides gras, il ne dérange nullement l’absorption des vitamines liposolubles (A, D, E, K), et ne provoque aucune stéatorrhée (quantité anormalement élevée de graisses dans les selles).

En 1989, puis en 1998, des équipes de chercheurs européens ont confirmé les effets hypocholestérolémiants du charbon en poudre pris oralement : en seulement deux (2) semaines, ils avaient obtenu une réduction de 27 % des taux de cholestérol sanguins avec seulement 24 g de charbon activé par jour divisés en 3 doses, soit trois fois 8 grammes – donc 1 cuillère à soupe de charbon en poudre dilué dans un grand verre d’eau. Il faut souligner que plus le charbon est activé, plus il est efficace rapidement en moindres doses.


QUE FERONS-NOUS ?


Le laboratoire a conçu des armes thérapeutiques aux effets secondaires malheureux, désagréables et souvent dangereux.


La publicité, régulièrement, cherche à attribuer aux produits qu’elle veut vendre des vertus particulières : par exemple, à l’alcool pour le cœur des hommes, et aux œstrogènes* pour le cœur des femmes.


Mais la nature offre des moyens simples, efficaces, inoffensifs, bon marché, et à la portée de tous.


Le choix est à nous**.


© 2020 Danièle Starenkyj

*Bon nombre de prescriptions d’œstrogènes de la ménopause se donnent car ils seraient protecteurs du cœur féminin étant capables d’augmenter de 10 à 20 % le « bon » cholestérol (HDL) et de diminuer le « mauvais » cholestérol (LDL), et cela après 6 à 12 mois d’un traitement utilisant 20 fois plus d’œstrogènes que la pilule contraceptive minidosée. Mais là encore, tout comme pour l’alcool, les risques encourus ne sont vraiment pas proportionnés aux bienfaits promis et obtenus. (De grâce, lisez la notice qui accompagne le médicament prescrit.)

**Si vous désirez prendre du charbon, il faut toujours le prendre 3 heures avant ou 3 heures après la prise d’un médicament. Le charbon est un très puissant adsorbant de toute substance médicamenteuse ou chimique.

Références

Starenkyj D., Mon petit docteur, p. 166-168, ORION, 2012.

Starenkyj D., Le mal du gras – Recettes ZÉRO cholestérol, p. 186-187, Orion, 2010.

234 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe