• Danièle Starenkyj

L’ÉPUISEMENT ÉMOTIONNEL ET UNE SOLUTION TOUTE SIMPLE

DANS LA FOULÉE DE LA COVID-19, l'épuisement professionnel des travailleurs de la santé a atteint un niveau critique. Plus d’un médecin sur 2 et une infirmière sur 3 se sentent épuisés par leur travail.


L’épuisement professionnel peut être défini ou décrit comme un syndrome d'ÉPUISEMENT ÉMOTIONNEL, de dépersonnalisation, et de moindre accomplissement qui peut se produire chez les personnes qui font un « travail humain ». En fait, l’épuisement émotionnel est l’élément clé de l’épuisement professionnel.

L'épuisement émotionnel a de graves conséquences négatives pour les travailleurs de la santé. Il est lié à des taux plus élevés parmi eux de dépression, de toxicomanie, d'anxiété et d'idées suicidaires, à une diminution des fonctions du système immunitaire, à une réduction de la satisfaction conjugale et à un risque accru d'accidents de la route.

Au niveau organisationnel, l'épuisement émotionnel est lié à de moins bonnes relations avec les patients et le personnel, à des taux plus élevés de rotation du personnel, à des retraites anticipées, et à une productivité réduite.


UNE INTERVENTION EFFICACE


Un article scientifique, intitulé « Gratitude au travail », a retenu mon attention.


Son objectif, à cause de l’urgence de la situation, était d’examiner l'efficacité d'une intervention consistant à écrire une LETTRE DE REMERCIEMENT pour améliorer le bien-être des travailleurs de la santé. Cette intervention a invité les participants à passer environ 7 minutes à écrire à une personne qui avait eu un impact positif sur leur vie pour lui dire merci.


Comment ? Au total, 1 575 travailleurs de la santé ont été assignés au hasard à la rédaction de lettres de remerciement. Des évaluations, entre autres choses, du bonheur subjectif et de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, ont été recueillies au départ de l’étude, et une semaine après l'intervention.


Résultats. Les participants ont montré des améliorations significatives de l'épuisement émotionnel, du bonheur, et de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et cela DANS L’ESPACE D’UNE SEMAINE.

Conclusion. Cette intervention de rédaction d’une seule lettre de remerciement par participant semble être un outil prometteur, peu coûteux, bref, et significatif pour améliorer le bien-être des travailleurs de la santé.


UNE INTERVENTION DE GRATITUDE


Il s’agissait de penser à quelqu'un qui avait fait quelque chose d'incroyable pour nous. Cette personne pouvait être vivante ou décédée, mais elle avait largement contribué à notre bien-être. Puis, il fallait passer les 7 minutes suivantes à écrire une note authentique et aimable décrivant le geste ou l’acte qu’elle avait posé et les avantages que cela nous avait donnés.

Le secret d’une telle intervention est qu’elle déplace l'attention de ce qui ne va pas vers ce qui va bien. Plus une personne a tendance à penser négativement plus elle est susceptible d'être déprimée. La rédaction de cette lettre avait permis aux participants de déplacer intentionnellement leur attention vers ce qui va bien. Leurs perceptions ont été recentrées pour remarquer des expériences plus positives. En effet, 75,4 % des participants lors du suivi, soit une semaine après avoir rédigé leur lettre, ont déclaré qu'il était devenu plus facile de penser à des choses pour lesquelles être reconnaissant.


LA PUISSANCE DE LA GRATITUDE


Dire MERCI est l’un des concepts les plus fondamentaux de toutes les sociétés, une pratique au cœur de toute civilisation, et de toute bonne éducation.


La gratitude est une appréciation reconnaissante de ce que l’on reçoit, que cela soit tangible ou intangible. La gratitude permet de reconnaître la bonté que nous éprouvons dans notre vie. Obligatoirement, nous sommes amenés à admettre que la source de cette bonté se trouve en dehors de nous. Par conséquent, la gratitude nous aide à se connecter à quelque chose de plus grand que nous en tant qu'individus -- à d'autres personnes, à la nature, à Dieu -- et ce faisant, elle efface le sentiment douloureux et destructeur d’être tout seul dans ce vaste univers, sans recours, sans aide. En cessant de considérer tant de choses comme allant de soi ou comme nous étant dues, on s’approche d’un plus grand bonheur, on ressent des émotions plus positives, on savoure de bonnes expériences, on améliore sa santé, on fait face à l'adversité et l’on établit des relations solides.


COMMENT CULTIVER LA GRATITUDE


Pour arriver à cet équilibre fortement lié à notre bien-être, je vous invite à poser ces gestes régulièrement :


1. Rédigez une note de remerciement exprimant votre plaisir et votre appréciation de l'impact d’une personne sur votre vie.

2. Remerciez une personne mentalement alors que vous pensez à elle.

3. Tenez un journal de gratitude. Prenez l'habitude d'écrire vos pensées sur les cadeaux que vous recevez chaque jour : le sourire d’un inconnu, un câlin de votre enfant, le chant d’un oiseau, le parfum d’une fleur, un compliment, une appréciation, etc.

4. Comptez vos bénédictions, faites-en l’inventaire et voyez combien le nombre en est grand : un accident évité de justesse, une main tendue alors que vous trébuchiez, une réponse au moment même où vous en aviez besoin, un retour d’impôt inespéré, etc.

5. Priez. Ouvrez votre cœur à Dieu qui ne divulguera aucune de vos confidences, et saura répondre à vos cris au-delà de toutes vos espérances.


UNE VIE DE GRATITUDE


La gratitude est fortement et systématiquement associée à un plus grand bonheur. Faites-en l’expérience. Comme l’a dit Albert Einstein, « Il n'y a que deux façons de vivre sa vie : Ou l’on vit comme si rien n'était un miracle. Ou l’on vit comme si tout était un miracle ».

Et quand tout est un miracle -- notre cœur qui bat, l’enfant qui naît, le repas sur notre table, la fidélité de notre conjoint, le pardon des nôtres que nous offensons – impossible de ne pas dire MERCI. Nous vivons alors dans la gratitude quotidienne. Nous ne désespérons pas. Nous continuons notre travail humain dans une pandémie menaçant notre santé mentale et épuisante pour tous.


© 2020 Danièle Starenkyj

SOURCES

• Kathryn C Adair et coll., Gratitude at Work: Prospective Cohort Study of a Web-Based, Single-Exposure Well-Being Intervention for Health Care Workers, J Med Internet Res,22,5, mai 2020.

• J Bryan Sexton et coll., Forty-five good things: a prospective pilot study of the Three Good Things well-being intervention in the USA for healthcare worker emotional exhaustion, depression, work–life balance and happiness, BMJ Open,9,3, 2019.

• Michael D.C. Fishman et coll., The Silver Linings Journal: Gratitude During a Pandemic, J Radiol Nurs, 39, 3, 149–150, septembre 2020.


186 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe