• Danièle Starenkyj

COMBATTRE LES NOUVELLES INFECTIONS VIRALES AVEC DES NUTRIMENTS

Il a été démontré mondialement par de nombreuses études scientifiques que des nutriments spécifiques renforcent efficacement le système immunitaire :


- LA VITAMINE D3 (2000 unités par jour, mais commencer par 5000 unités par jour pendant 2 semaines puis réduire à 2000 unités)

- LE MAGNÉSIUM (400 mg par jour - à trouver dans les légumes verts, l’avoine en flocons, les noix, etc.)

- LE ZINC (20 mg par jour-levure nutritionnelle, popcorn, etc.)

- LE SÉLÉNIUM (100 mcg par jour- une seule noix du Brésil en contient 95 mcg - lentilles, graine de lin, etc.)

- ET la VITAMINE C. C’est la dernière venue sur cette liste. Elle est recommandée, en prévention, à la dose de 3000 milligrammes par jour, mais les doses doivent être fractionnées (abondance de fruits et légumes frais et en partie crus à chaque repas de la journée).


LA VITAMINE C À L’AFFICHE


En 2021, dans la foulée du cauchemar de la Covid-19 et de ses nouveaux variants, de nombreux articles scientifiques rappellent la puissante action antivirale de la vitamine C, connue depuis des décennies.

Les docteurs François Lamontagne (Université de Sherbrooke) et Neil Adhikari (Université de Toronto) font, depuis 2018, un essai clinique à la grandeur du Canada pour évaluer l'effet de la vitamine C INTRAVEINEUSE à forte dose sur les résultats des patients atteints d'infections graves qui sont traités en soins intensifs. Ils justifient leur démarche en ces termes : « Quand vient le temps de chercher des solutions contre le virus Covid-19, rien ne doit être écarté, car parfois ce qu’il y a de plus simple peut être réellement efficace. » Et cet élément réellement efficace et des plus simples est, selon eux, la VITAMINE C. En fait, la vitamine C fait maintenant partie d’une courte liste de traitements potentiels de la Covid-19 méritant une évaluation rigoureuse selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

POURQUOI LA VITAMINE C ?


1. On se rappelle l'utilisation, déjà recommandée à partir des années 1980, de fortes doses de vitamine C pour prévenir et combattre les maladies causées par des virus. On revient sur les succès de la vitamine C contre la poliomyélite, rapportés à la fin des années 1940.


2. On constate que les niveaux de vitamine C des patients affectés par le coronavirus, mais aussi de ceux qui sont atteints de pneumonie ou de septicémie, sont anormalement bas. Une étude finlandaise a insisté sur une étude récente rapportant que sur 18 patients Covid-19, 17 avaient un taux de vitamine C INDÉTECTABLE et un autre avait un taux très faible. Cette étude n’est pas la seule à indiquer de faibles taux plasmatiques de vitamine C chez les patients Covid-19. En fait, dans cette étude, les non-survivants avaient un taux plasmatique deux fois moins élevé que les survivants.


3. Un article a présenté une analyse documentaire de la littérature disponible sur les interventions nutritionnelles et les facteurs liés à la nutrition pendant la pandémie du virus Covid-19. On relève que le confinement imposé aux populations a favorisé des changements alimentaires malsains qui se sont soldés par une prise de poids des individus. Or l’obésité et le faible niveau d’activité physique sont reconnus pour être des facteurs de risque accrus de la Covid-19. On ne peut pas trop s’étonner que des études ont révélé que les patients hospitalisés dans le cadre des études du Covid-19 présentaient une malnutrition et des carences en vitamine C, D, B12, sélénium, fer, oméga-3 et acides gras à chaîne moyenne et longue. La conclusion qui s’est imposée aux chercheurs est que des interventions favorisant un apport plus élevé en vitamine C et en vitamine D aurait un effet potentiel sur la santé.


L’EFFET THÉRAPEUTIQUE DE LA VITAMINE C SUR LE VIRUS COVID-19


La vitamine C est sans contredit une vitamine essentielle pour le système immunitaire humain. Son action de renforcement de l’immunité agit de plusieurs manières :


→ Elle n’est puissamment antivirale qu’À FORTES DOSES, or les patient covidiens ont des taux sériques de vitamine C faibles, très faibles et même inexistants.


→ Elle a déjà démontré son action inhibitrice des agents pathogènes dans le traitement des pneumonies et des infections. Elle réduit la gravité et la durée de la pneumonie. Elle réduit la durée du séjour des patients en soins intensifs.


→ Elle atténue la réponse inflammatoire. Elle améliore la fonction barrière épithéliale (les cellules qui recouvrent la surface du corps ou qui tapissent l'intérieur de tous les organes creux). Elle augmente le taux de clairance du liquide alvéolaire. Elle prévient les anomalies de la coagulation liées à la septicémie.


→ La vitamine C a des fonctions physiologiques dont beaucoup sont pertinentes pour le virus Covid-19. Elle a notamment des fonctions antioxydantes, anti-inflammatoires, antithrombotiques et immunomodulatrices.


→ Un traitement à haute dose de vitamine C peut réduire de manière importante la demande de corticostéroïdes, d’antibiotiques et de médicaments antiviraux à haute dose. Elle prévient ainsi les effets d’immunosuppression, de suppression surrénalienne et de toxicité de ces médicaments qui compliquent l’évolution de la maladie.

MODE D’EMPLOI DE LA VITAMINE C


• L'utilisation quotidienne d'une dose relativement faible de vitamine C (abondance de fruits et légumes), à titre préventif, est obligatoire. En cas de Covid-19 sévère, un régime de vitamine C intraveineuse à forte dose se montre bénéfique.


• La vitamine C a un excellent profil de sécurité. Son coût est faible. Il est facile d’augmenter rapidement sa production. Elle est facile à prescrire aux patients souffrant d'hypovitaminose C et d'infections respiratoires graves comme, par exemple, la Covid-19.


• La vitamine C peut être utilisée en même temps que les médicaments lorsqu'ils sont indiqués.


CONCLUSION


À l’heure actuelle, il n’existe pas de médicament spécifique pour le traitement du virus Covid-19. Bien sûr, de nombreux médicaments thérapeutiques potentiels ont été inclus dans le champ des essais cliniques. Par contre, plusieurs institutions se sont aussi attachées à vérifier l'effet thérapeutique de la vitamine C sur le virus Covid-19. Les études publiées sur cette question font état de bons résultats sur l’évolution de cet infection virulente.

Alors, mangeons des fruits ! Ne négligeons pas ces merveilles de la nature, véritables médicaments simples et efficaces.


© 2021 Danièle Starenkyj

SOURCES

1. Niveaux de supplémentation peu coûteux recommandés pour les adultes par les médecins de l'International Society for Orthomolecular Medicine qui préconisent une méthode basée sur les nutriments pour prévenir ou minimiser les symptômes d'une future infection virale, Orthomolecular Medicine News Service, 26 janvier 2020.

2. F. Lamontagne et N. Adhikari, La vitamine C peut-elle aider contre le COVID-19 ? Biologie, 29 mai 2020. (Étude LOVIT)

3. Huang Lifang M.B. et coll., High- dose vitamin C intravenous infusion in the treatment of patients with COVID-19, Medicine, 14 mai 2021.

4. Harri Hemiläi, Angelique, M.E. de Man, Vitamin C and Covid-19, Front Med, 18 janvier 2021.

5. Vicente Javier Clemente-Suárez et coll., Nutrition in the current Covid-19 pandemic, Nutrients, 3 juin 2021.

6. Adam F Feyaerts , Walter Luyten, Vitamin C as prophylaxis and adjunctive medical treatment for COVID-19 ? Nutrition, novembre-décembre 2020.

7. Anitra C. Carr , Sam Rowe, The Emerging Role of Vitamin C in the Prevention and Treatment of COVID-19, Nutrients, 27 octobre 2020.

8. On peut aussi consulter les blogues suivants :

- Le magnésium : sa carence est une crise de santé publique.

- La Covid-19, le zinc, et le popcorn.

- La vitamine D, protectrice dans la Covid-19.

- Les fruits d’hiver au secours de la carence en vitamine C.


192 vues
Posts à l'affiche