top of page
  • Danièle Starenkyj

BLANCS, ROUGES OU JAUNES, VIVE LES OIGNONS !

Je me rappelle encore ma surprise alors que mon père me racontait qu’au retour de l’école son goûter, tous les jours, consistait en un gros oignon qu’il croquait comme une pomme. Grimaçant, je lui demandai : « Et tu aimais ça ? » Sa réponse fut affirmative : « Mais, oui, il n’y a rien de meilleur pour la santé ! » J’en ai douté à l’époque mais plus maintenant.


Voici quelques études qui confirment que Papa avait bien raison. Car comme le dit depuis longtemps le proverbe auvergnat : « Ail le soir, oignon le matin, est le malheur du médecin. »


COURTE HISTOIRE DE L’OIGNON


L’oignon (Allium cepa L.) est une herbe culinaire et médicinale appartenant à la famille botanique des Amaryllidaceae. Largement consommés dans le monde entier, les oignons sont appréciés pour leur goût corsé, piquant, ou doux. Jaunes, blancs ou rouges, ils sont tous bons.


Depuis des milliers d’années, on le consomme abondamment à des fins curatives.


• Dans l’ANTIQUITÉ, les athlètes grecs l'utilisaient pour purifier leur sang et les gladiateurs romains s'en servaient pour raffermir leurs muscles.


HIPPOCRATE, le médecin grec, a prescrit l'oignon pour son effet diurétique, la cicatrisation des plaies et la lutte contre la pneumonie.


• Au MOYEN ÂGE, il était recommandé par les médecins médiévaux pour soulager la toux, les maux de tête, les morsures de serpent, la perte de cheveux et d'autres maladies.


• Dans la médecine TRADITIONNELLE, l'oignon a été utilisé pour une grande variété d'affections telles que les maux de tête, la fièvre, les maux de dents, la toux, les maux de gorge, la grippe, la calvitie, l'épilepsie, les éruptions cutanées, la jaunisse, la constipation, les flatulences, les vers intestinaux, la faible puissance sexuelle, les rhumatismes, les douleurs corporelles et les crampes musculaires, l'hypertension et le DIABÈTE.


• De nombreuses études MODERNES ont rapporté que l’oignon et ses constituants peuvent être utiles dans le traitement des allergies, de l'asthme, de l’excès d’acide urique dans le sang, de l'anxiété, de la dépression et des troubles cognitifs.

UN TRÉSOR DE NUTRIMENTS ACTIFS


• L'oignon est riche en fibres alimentaires. Il contient une forte concentration d'acide folique, de vitamine B6, de magnésium, de calcium, de potassium et de phosphore ainsi que des vitamines et des minéraux.


• Plus important encore, on a découvert que les oignons contiennent plusieurs composés phytochimiques uniques, tels que la QUERCÉTINE et les glucosides de quercétine (qui préviennent le cancer du côlon, qui ont une activité antihistaminique, sont puissamment anti-inflammatoire, et favorisent l’absorption de la vitamine C). Ils contiennent aussi des anthocyanes et des composés soufrés qui ont été identifiés comme ayant un impact sur la santé humaine.


• L'oignon et ses constituants pharmacologiquement actifs présentent un large spectre d'activités, notamment des effets antioxydants, anti-inflammatoires, modificateurs de lipides, anti-obésité, antihypertenseurs et antidiabétiques.


• L’oignon est largement utilisé comme agent antimicrobien, mais il a montré des effets anticancéreux,

antidiabétiques, antioxydants, antiplaquettaires, antihypertenseurs et antidépresseurs et des effets neuroprotecteurs, anti-inflammatoires et antiparasitaires.


• On lui attribue des effets bénéfiques sur les systèmes digestif, circulatoire et respiratoire, ainsi que sur le système immunitaire.


• Sur la base des données recueillies par de nombreuses études, il a été conclu que l'oignon peut être utile dans la prévention et le traitement de la dyslipidémie, de l'hypertension artérielle, du diabète sucré et de l'obésité en tant que troubles du syndrome métabolique, et, par la suite, des maladies cardiovasculaires, en raison de ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et vasodilatatrices, de l'augmentation de la libération et de la réponse de l'insuline, de la réduction de l'absorption du cholestérol et du glucose, de la modulation du métabolisme des lipides et des glucides et de l'inhibition de la fixation de graisses par les tissus et les organes. 


OIGNONS ET TESTOSTÉRONE


Une vieille chanson française militaire de l’époque napoléonienne fait un hommage à l’oignon et affirme « Un seul oignon nous change en lion ». Elle date des années 1800.


En 2019, une étude titre « Augmentation de la testostérone chez les hommes par l'oignon (Allium Cepa L.) ». Depuis 1967 jusqu'à aujourd'hui, de nombreuses études de recherche ont révélé l'effet de l'oignon sur la testostérone et ont affirmé que ce légume maintient et augmente le niveau de testostérone chez les hommes.


→ La diminution des niveaux de testostérone chez les hommes est liée à un large éventail de maladies/troubles tels que le diabète sucré, l'infertilité masculine, la maladie d'Alzheimer, l'ostéoporose, la dépression, et les maladies cardiovasculaires.


→ Les mécanismes par lesquels l'oignon augmente la production de testostérone chez les hommes sont principalement : l'augmentation de la production de l'hormone lutéinisante qui stimule la production de testostérone ; la neutralisation des effets néfastes des radicaux libres formés, principalement dans les testicules ; l'augmentation du mécanisme de défense antioxydant (par exemple, les enzymes antioxydantes, le glutathion) dans les testicules ; l'amélioration de la résistance à l'insuline ; la promotion de la production d'oxyde nitrique dans les cellules de Leydig ; et la modification de l'activité de la protéine kinase la protéine kinase activée par 5′ AMP qui protège les réserves d’énergie.


→ Collectivement, il existe des preuves que l'oignon ou les extraits d'oignon améliorent la production de testostérone chez les hommes.

PELURES ET COUCHES EXTERNES DES OIGNONS


Malgré les précieuses applications alimentaires du BULBE d'oignon, sa pelure et ses couches charnues externes sont généralement considérées comme des déchets.


Une étude a été conçue dans le but d'effectuer une analyse comparative du potentiel antioxydant de deux parties de l’oignon, soit le bulbe (partie comestible), soit les couches charnues externes et les pelures sèches (parties non comestibles).


Les flavonoïdes totaux et le contenu phénolique de la pelure d'oignon étaient significativement plus élevés que ceux du bulbe d'oignon. La PELURE d'oignon présentait également une meilleure activité antioxydante et de piégeage des radicaux libres que le bulbe, tandis que le bulbe présentait le plus faible potentiel antioxydant.

Les résultats actuels ont présenté la pelure d'oignon comme une source possible d'agents antioxydants et de composés phénoliques qui pourraient être bénéfiques contre le développement de diverses maladies chroniques communes qui pourraient avoir une association avec le stress oxydatif.


LES OIGNONS ROUGES, UNE MERVEILLE


Quel délice pour les yeux que le rouge violet de ces oignons ! Leur colorant naturel est les anthocyanes, composés de grande valeur et présentant de réels avantages potentiels pour la santé.


• Les anthocyanes aux puissantes propriétés antioxydantes sont présents en forte concentration dans les oignons rouges.


• On affirme qu’ils contribuent à prévenir les maladies neuronales et présentent des activités anti-inflammatoires, protectrices du foie, du cœur et du système nerveux.


• Une étude a prouvé le potentiel thérapeutique des pelures d’oignons rouges comme agent antidiabétique et leur effet préventif contre la néphropathie diabétique.


QUELQUES RECETTES SIMPLES


Oignons rouges au four


Mettre de beaux oignons jaunes, rouges ou blancs au four sans les éplucher à 5 cm de l’élément supérieur. Les griller sans les brûler 8 à 10 minutes. Les tourner. Baisser la température du four et continuer la cuisson encore 10 à 15 minutes. Les éplucher et conserver les épluchures, les couper en quatre et mettre dans le centre du sel, du paprika et de l’huile d’olive.


Préparés ainsi les oignons sont sucrés à souhait. C’est une véritable découverte gastronomique qui accompagne très bien un plat de céréales (riz brun ou noir, sarrasin, millet).


Salade d’oignons doux


Couper des oignons doux en rondelles. Les assaisonner du jus d’un citron entier, d’huile d’olive, de persil haché fin et de sel. Laisser reposer dans un endroit frais. Délicieux avec d’épaisses tranches de pain de seigle garnies d’houmous et de tomates fraîches.


Tisane de pelures d’oignons


Conserver dans un sac en papier les pelures d’oignons jaunes et rouges. Les faire bouillir 5 minutes et infuser 15 minutes. Filtrer et boire chaud avec un filet de sirop d’érable.


Allons, occupons-nous de nos oignons !


© 2023 Danièle Starenkyj

SOURCES

- Arka Jyoti, Chakraborty et coll., Allium cepa: A Treasure of Bioactive Phytochemicals with Prospective Health Benefits, Evid Based Complement Alternat Med, 2022.

- Mahesh Kumar Samota  et coll., Onion anthocyanins: Extraction, stability, bioavailability, dietary effect, and health implications, Front Nutr, 2022.

- S. Masood et coll., Antioxidant potential and α-glucosidase inhibitory activity of onion (Allium cepa L.) peel and bulb extracts, Braz J Biol, 2021.

- Rita Metrani et coll., Comparative Metabolomics Profiling of Polyphenols, Nutrients and Antioxidant Activities of Two Red Onion ( Allium cepa L.) Cultivars, Plants, (Bâle, Suisse), 2020.

- Tarek Kamal Abouzed et coll., Red onion scales ameliorated streptozotocin-induced diabetes and diabetic nephropathy in Wistar rats in relation to their metabolite fingerprint, Diabetes Res Clin Pract, 2018.

- Saleem Ali Banihani, Testosterone in Males as Enhanced by Onion (Allium Cepa L.), Biomolecules, 2019.

- Amin Galavi et coll.,The effects of Allium cepa L. (onion) and its active constituents on metabolic syndrome: A review, Iran J Basic Med Sci, 2021.

- Xin-Xin Zhao et coll., Recent Advances in Bioactive Compounds, Health Functions, and Safety Concerns of Onion (Allium cepa L), Front Nutr, 2021.


















299 vues

コメント


Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
bottom of page