top of page
  • Danièle Starenkyj

UNE MÉDECINE DE LA SANTÉ… ÇA EXISTE ?

OUI, et elle s’appelle la SALUTOGENÈSE (salus « santé » et genesis « origine »), à l’inverse de la pathogenèse (pathos « maladie » et genesis « origine »).


LA SALUTOGENÈSE, PARLONS-EN !


1. La promotion de la salutogenèse, et de sa recherche de facteurs de santé, et non de maladies, est particulièrement utile et positive en période de guerres, de crises économiques, de changements sociaux, de changements majeurs sur la planète -- que ces bouleversements soient collectifs ou personnels.


2. La salutogenèse se réfère à une orientation scientifique qui se concentre sur les facteurs qui favorisent la santé humaine et sur les sentiments de satisfaction et de confiance, contrairement à la pathogenèse qui se concentre sur les facteurs qui causent la maladie et sur les sentiments d’impuissance et de fatalité.


3. Au lieu d’insister sur les facteurs de risque de la pathogenèse et sur sa question fondamentale -- pourquoi tombe-t-on malade ? -- la salutogenèse met en lumière les facteurs salutaires qui favorisent activement la santé.


4. La salutogenèse ne se limite pas à la santé physique ou mentale. Elle se rapporte à tous les aspects de la personne. Elle délaisse le modèle biopsychosocial médical courant pour s’enrichir du modèle biopsychosociospirituel de l’être humain. C'est une philosophie de l'existence humaine qui en reconnaît, et qui en respecte, la dimension spirituelle.


5. Le modèle salutogène de la santé postule que les expériences de vie et la façon dont un individu perçoit sa vie (positivement ou négativement) influencent sa santé.



UNE QUESTION FONDAMENTALE


C’est Aaron Antonovsky (1923-1994), sociologue médical, qui a posé les fondements de la salutogenèse alors qu’il cherchait à répondre à la question qui a occupé toute sa vie de scientifique : Quelles sont les origines de la santé ? Cette question, Aaron Antonovski l’a aussi formulée ainsi : Qu’est-ce qui fait que les gens sont en santé ? Ou encore : Comment crée-t-on la santé ? Sa réponse incontournable a proposé le SENS DE COHÉRENCE, défini comme un puissant antistress propice à la santé.


LE SENS DE COHÉRENCE EXPLIQUÉ

1. Le sens de cohérence est une orientation globale qui exprime la mesure dans laquelle une personne a un sentiment de confiance omniprésent, durable, et dynamique. C’est un sentiment intérieur que la vie est compréhensible, gérable et significative.


2. Le sens de cohérence est « une façon de voir le monde » par un individu lorsqu'il est confronté à l'adversité. Face à un facteur de stress, un individu doté d'un sens de cohérence fort peut percevoir sa situation comme « structurée, prévisible et explicable », ce qui lui permet, ou de maintenir son état de santé actuel, ou de se rapprocher du pôle santé.


3. Les expériences de la vie façonnent le sens de cohérence, et des recherches récentes suggèrent qu'il s'agit d'un processus continu tout au long de la vie. Le sens de cohérence n'est pas une construction statique ; il peut être renforcé ou augmenté, mais aussi affaibli. Le sens de cohérence peut être renforcé par des interventions qui engagent, sensibilisent et responsabilisent l'individu de manière significative.


4. La salutogenèse parle alors de ressources générales de résistance, qui sont des facteurs biologiques, matériels et psychosociospirituels qui permettent à un individu (ou à un groupe de personnes ou à une société plus large) de percevoir la vie avec un sentiment de cohérence. Les ressources générales de résistance sont essentiellement des actifs de santé qui peuvent être utilisés par l'individu ou la société pour maintenir ou améliorer leur santé et leur bien-être.


5. La salutogenèse parle aussi de déficits généraux de résistance. Ce sont des facteurs qui ne donnent pas accès aux ressources de la résilience, et qui empêchent une personne de préserver sa santé dans les circonstances les plus difficiles de la vie.


QUELLES SONT LES RESSOURCES GÉNÉRALES DE RÉSISTANCE ?


1. Les ressources générales de résistance (à la maladie) sont « l'expérience, la génétique, l'argent, un comportement sain, la foi, la connaissance et l'intelligence, l'estime de soi, l'identité et la stabilité culturelle ». Le point commun entre toutes les ressources générales de résistance est qu'elles aident l'individu à donner un sens au monde, et ainsi elles renforcent son sens de cohérence.


2. Plus précisément, la proximité émotionnelle, des relations d’attachement, au niveau individuel, sont de puissantes ressources de résistance à la maladie. En fait, la salutogenèse considère que la famille est un arbitre de la santé de l'individu.


3. Des études salutogènes ont révélé que les enfants qui considèrent avoir un attachement plus fort avec leur père ont une tendance plus forte à voir le monde comme un endroit compréhensible, gérable et plein de sens, plus que les enfants qui ont des troubles d’apprentissage spécifiques et qui se considèrent moins solidement attachés à leur père.


4. Le statut matrimonial stable a une forte influence sur le sens de cohérence. Il contribue à la santé physique, sociale, psychologique et spirituelle.


5. Le divorce parental contribue à des niveaux plus faibles de sens de cohérence chez les jeunes hommes.



LA PUISSANCE D’UN SENS DE COHÉRENCE FORT


1. Un individu qui dispose de ressources générales de résistance et qui peut apprendre à les utiliser développera progressivement un sens de cohérence fort au cours de sa vie. La relation entre le sens de cohérence et les ressources générales de résistance est très interdépendante.


2. Un sens de cohérence fort permet à un individu de mobiliser les ressources générales de résistance dont il dispose, et détermine la manière dont il fait face à un facteur de stress émotionnel, social, physique, ou spirituel.


3. Les résultats potentiels sont que le facteur de stress sera : 1) évité, 2) identifié comme non stressant, 3) géré efficacement, 4) ou il entraînera une tension qui ensuite sera gérée avec succès (et renforcera le sens de cohérence), ou 5) il pourra aussi entraîner une gestion infructueuse du facteur de stress, mais sans désespoir.


4. Il s’en suivra, selon les études effectuées, une meilleure perception de la qualité de vie, une réduction des troubles alimentaires et des symptômes liés à l'anxiété, une meilleure santé physique et mentale, une réduction des symptômes de dépression, une diminution de la mortalité infantile, et une réduction de l'épuisement professionnel.


5. L'adoption d'une approche salutogène reconnaît la complexité de la santé en tant que concept composé de systèmes biologiques, psychologiques, sociaux, environnementaux, et spirituels qui s'entrecroisent, et s'engage à considérer « la personne (ou le collectif) dans son ensemble plutôt que la maladie ».


6. Dans une orientation salutogénique, la « santé » représente la capacité à s'adapter à des circonstances et à des environnements changeants, où les événements indésirables peuvent devenir le fondement d'une meilleure santé future.


7. Un sens de cohérence fort est alors associé au bien-être et à la santé, en particulier à la santé mentale. Il a aussi un impact positif sur la motivation des personnes à prendre soin d'elles-mêmes. Il devient ainsi une forme d’autosoin.



DES RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES


Les questions les plus fréquentes posées au sujet de la salutogenèse sont les suivantes :


-- « Pourquoi seuls certains d'entre nous sont-ils malades alors que nous sommes tous, au moins d'une certaine manière, exposés à des risques ? »


-- « Comment parvenons-nous à rester en bonne santé ? ».


Les réponses les plus courantes affirment que le sens de cohérence, source profonde de santé, produit un changement d’attitude et de comportement, ce changement étant lié à la sérénité que donne le fait d’avoir dans sa conscience des réponses raisonnables aux questions existentielles sur la vie : D’où viens-je ? Que fais-je sur cette terre ? Et après la mort ? Pourquoi le mal ? Qu’est-ce que l’amour véritable ? Etc.


Au niveau émotionnel, la salutogenèse, contrairement à la pathogenèse, assure un sentiment de contrôle personnel, de responsabilité pouvant être assumée, d’optimisme mesuré.


Et, plus récemment, le nouveau domaine de la psychoneuroimmunologie confirme que le sens de cohérence influence le système nerveux central et les cellules tueuses naturelles. Il augmente l’immunité.



CONCLUSION


Depuis plusieurs décennies, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme la nécessité de réorienter les soins de santé vers un paradigme basé sur les ressources de la santé et sur les atouts pour la santé.


On peut penser qu’il s’agit là d’une réaction positive à un exposé de Aaron Antonovski lors du premier séminaire international de l’OMS sur la promotion de la santé, en 1992.


Antonovski avait alors présenté sa théorie et son modèle de salutogenèse sous la forme d’une rivière comme métaphore de la vie.


• « La médecine curative (pathogenèse) s'attache principalement à traiter les individus qui se noient dans le « fleuve de la vie ».


• La médecine préventive se concentre uniquement sur ceux qui sont poussés ou qui tombent dans le fleuve en amont.


• La salutogenèse se concentre sur la rivière. »


POURQUOI ?


• Parce que « chacun d'entre nous, du fait de sa vie, est dans la rivière, et aucun n'est sur la rive. 

La rivière est pleine de risques mais aussi de ressources. Nous sommes tous, toujours, dans le fleuve dangereux de la vie. »

« La double question est : Quel est le degré de dangerosité de notre fleuve ? Jusqu'à quel point savons-nous nager ? »


À poser les bonnes questions, nous trouverons les bonnes réponses.


©2024 Danièle Starenkyj

RÉFÉRENCES ET RESSOURCES

→ Colomer-Pérez et coll., Self-Care and Sense of Coherence: A Salutogenic Model for Health and Care in Nursing Education, Int J Environ Res Public Health 2022.

→ Johnathan Hewis, A salutogenic approach : Changing the paradigm, Journal of Medical Imaging and Radiation Sciences,2023.

→ Zihnet Selimbašić et coll., Resilience between Salutogenesis and Pathogenesis: An Important Concept in Creative Personalized Psychopharmacotherapy, Psychiatr Danub, 2021.

→ THE HANDBOOK OF SALUTOGENESIS,[INTERNET] 2nd, 2022.

→ Mélissa Généreux et coll., Salutogenesis as a Framework for Social Recovery After Disaster, The Handbook of Salutogenesis [Internet], 2nd edition, 2022.

→ Eva Langeland et coll., Applying Salutogenesis in Mental Healthcare Settings,The Handbook of Salutogenesis [Internet], 2nd edition, 2022.

→ David I. Levy, neurochirurgien, PLUS QUE MATIÈRE GRISE, ORION, 2015.


145 vues

Comments


Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
bottom of page