• Danièle Starenkyj

Rx POUR LA MÉNOPAUSE : LE RÉGIME MÉDITERRANÉEN

La ménopause, avec l'arrêt définitif du cycle menstruel, marque la fin de la vie reproductive d'une femme. La ménopause est un événement féminin naturel, universel, et dans bien des cultures, libérateur.


Par contre, dans notre société occidentale, la ménopause a été médicalisée. La science nous parle de changements graves dans les niveaux d'hormones sexuelles, l’apparition de symptômes désagréables tels que la durée de la présence de symptômes vasomoteurs – bouffées de chaleur et sueurs -- et le risque de cancers maintenant liés aux hormones.


En effet, une étude en 2002, la Women’s Health Initiative, et une autre en 2003, la Million Women Study, ont fortement ébranlé la foi du monde médical et des femmes dans le miracle hormonal qui proposait, depuis plus de 40 ans, sous la forme de l’hormonothérapie substitutive de la ménopause, une combinaison d’œstrogènes et de progestérone, devant protéger de la crise cardiaque, des accidents vasculaires, et effacer le vieillissement. Ces études avaient révélé des effets secondaires en lien avec le cancer du sein.


L’ALIMENTATION ET LA MÉNOPAUSE


L’impact de l’alimentation sur la présence de symptômes vasomoteurs et le risque de cancers liés aux hormones tels que le cancer de l'ovaire, de l'endomètre et du sein, a peu été étudié dans le passé.


Des études très récentes avancent que les facteurs alimentaires pourraient influencer la durée de vie des ovaires et les niveaux d'hormones sexuelles, et donc le moment de la ménopause naturelle, mais aussi favoriser son passage en douceur et sans douleur.


LE RÉGIME MÉDITERRANÉEN À LA CARTE


Des études 2019-2022 vantent maintenant les qualités de ce régime millénaire pour contrer les misères actuelles de la ménopause.


Voici les conclusions de quelques-unes de ces études :


A. Influence des habitudes alimentaires et de l'adhésion au régime méditerranéen sur les symptômes de la ménopause. Le projet FLAMENCO


→ Bouffées de chaleur. Une plus grande consommation de volaille (particulièrement de la peau de volaille riche en graisses) était associée à des bouffées de chaleurs plus graves, et la consommation de lait de soja était associée à moins de symptômes. En outre, les femmes présentant des symptômes vasomoteurs nombreux ou sévères présentaient une plus grande consommation de produits laitiers écrémés.


B. Régime méditerranéen, consommation de tabac et composition corporelle pendant la périménopause. Le projet FLAMENCO


→ Poids. Une plus grande adhésion au régime méditerranéen, soit une consommation accrue de céréales complètes, de noix fraîches, de fruits frais, de légumineuses, de produits laitiers complets (fromages blancs) et d'huile d'olive, et une plus faible consommation de boissons sucrées, ont été associés à une diminution du tour de taille, de l’indice de masse corporelle et d’un pourcentage de masse grasse moindres, soit à une composition corporelle plus saine pendant la périménopause. Les fumeuses ont eu une moins bonne adhésion au régime méditerranéen et de moins bons résultats.


C. Régime alimentaire, ménopause et risque de cancer des ovaires, de l'endomètre et du sein


→ Cancers féminins. Des études ont rapporté une association entre le régime alimentaire, en particulier la consommation de soja, et un risque réduit de bouffées de chaleur. L'exposition prolongée aux œstrogènes a été associée à un risque plus élevé de cancers liés aux hormones et, par conséquent, les régimes riches en graisses et en viande, ont été associés à un risque accru de ces cancers.


D. Le régime méditerranéen et la santé de la ménopause : Une prise de position de l'EMAS (European Menopause and Andropause Society)


→ Maladies non transmissibles. Le régime méditerranéen est un modèle alimentaire non restrictif commun aux régions oléicoles (productrices d’olives et d’huile d’olive) du bassin méditerranéen. Il peut améliorer les symptômes vasomoteurs, les facteurs de risque cardiovasculaire tels que la pression artérielle, le cholestérol et la glycémie, ainsi que l'humeur et les symptômes de la dépression courants à la ménopause. L'adhésion à long terme peut : améliorer le risque et les événements cardiovasculaires, ainsi que la mortalité ; améliorer la densité minérale osseuse ; prévenir le déclin cognitif ; et réduire le risque de cancer du sein et la mortalité toutes causes confondues.


E. Apports alimentaires et symptômes ménopausiques chez les femmes ménopausées : une étude systématique


→ Alimentation végétale. Les études évaluant la qualité du régime alimentaire ou les habitudes alimentaires des femmes à la ménopause ont montré une association entre une intensité moindre des symptômes psychologiques, des troubles du sommeil et des symptômes vasomoteurs, urogénitaux et somatiques et une consommation plus élevée de légumes, de céréales complètes et d'aliments non transformés. De même, l'intensité de ces symptômes est associée aux aliments hautement transformés, aux graisses saturées et aux sucres. En ce qui concerne les nutriments et/ou les aliments spécifiques, les études ont indiqué une association entre la consommation de caféine et le type de graisses consommées et l'intensité des symptômes de la ménopause.


F. Habitudes de vie des femmes ménopausées : Association de l'intensité des symptômes de la ménopause et de la consommation alimentaire selon le degré de transformation des aliments


→ Aliments ultratransformés. La plupart des femmes présentaient des symptômes ménopausiques d'intensité modérée à sévère. Des troubles vasomoteurs (bouffées de chaleur), sexuels (sécheresse vaginale), somatiques (douleurs) de mémoire et de concentration de plus grande intensité sont associés à une consommation plus élevée d'aliments ultratransformés (boissons sucrées et saucisses), alors que les personnes ayant une consommation plus élevée de légumes ont rapporté une intensité moindre des symptômes de la ménopause, et une meilleure qualité de vie.


G. Le régime méditerranéen comme outil de prise en charge de l'obésité à la ménopause : Une revue narrative


→ Obésité. Le régime méditerranéen est un modèle alimentaire sain caractérisé par une consommation adéquate de légumes, de fruits, de céréales complètes et de légumineuses, une réduction des graisses animales saturées au profit de graisses végétales insaturées et un apport élevé de composés bioactifs, notamment de polyphénols et d'acides gras ω-3 (huile d’olive extra-vierge pressée à froid) ayant un pouvoir anti-inflammatoire et antioxydant.


Une plus grande adhésion au régime méditerranéen à la ménopause est associée à une réduction du risque de surpoids/obésité, à un meilleur profil cardio-métabolique et à une amélioration des symptômes ménopausiques.


H. Associations entre le régime alimentaire et la durée du sommeil à différents stades de la ménopause


→ Sommeil. Cette étude visait à déterminer quels facteurs alimentaires étaient associés à la durée habituelle du sommeil chez les femmes pré/péri et post-ménopausées. Une moindre variété d'aliments, une consommation moindre de protéines, de glucides, de thiamine (B1), de folates alimentaires, de choline totale, de phosphore, de sodium, de potassium et de sélénium étaient significativement associés à un risque plus élevé de sommeil très court (5h). Le fait de suivre un régime pauvre en sel était lié à un risque plus faible de sommeil long (9h et plus). Une consommation plus importante de sucre, une consommation moindre de phosphore et de zinc étaient liées à un risque plus élevé de sommeil court (5-6h).


Conclusion


Le régime méditerranéen, associé à d'autres habitudes saines peut contribuer à la prévention primaire des maladies osseuses, métaboliques et cardiovasculaires pendant la période post-ménopausique. Il consiste en l'utilisation d'aliments sains qui ont des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes, et est associé à une diminution faible mais significative de la pression artérielle, à une réduction de la masse grasse et à une amélioration des taux de cholestérol.


Il est amplement temps d’abandonner l’alimentation urbaine-industrielle et de retourner résolument à une alimentation paysanne-agricole qu’elle soit méditerranéenne ou issue d’autres cultures.


© 2022 Danièle Starenkyj

SOURCES

• Marta Flor-Alemany et coll., Influence of dietary habits and Mediterranean diet adherence on menopausal symptoms. The FLAMENCO project, Menopause, septembre 2020.

• M Flor-Alemany et coll., Mediterranean diet, tobacco consumption and body composition during perimenopause. The FLAMENCO project, Maturitas, juillet 2020.

• Yashvee Dunneram et coll., Diet, menopause and the risk of ovarian, endometrial and breast cancer, Proc Nutr Soc, août 2019.

• Antonio Cano et coll., The Mediterranean diet and menopausal health: An EMAS position statement, Maturitas, septembre 2020.

• P R E S Noll et coll., Dietary intake and menopausal symptoms in postmenopausal women: a systematic review, Climacteric, avril 2021.

• Priscilla Rayanne E Silva Noll et coll., Life habits of postmenopausal women: Association of menopause symptom intensity and food consumption by degree of food processing, Maturitas, février 2022.

• Thais R Silva et coll., Nutrition in Menopausal Women: A Narrative Review, Nutrients, juin 2021.

•Luigi Barrea et coll., Mediterranean diet as medical prescription in menopausal women with obesity: a practical guide for nutritionists, Crit Rev Food Sci Nutr, 2021.

 • Gabriella Pugliese Dr et coll., Mediterranean diet as tool to manage obesity in menopause: A narrative review, Nutrition, novembre-décembre 2020.

• Bingqian Zhu et coll., Associations between Diet and Sleep Duration in Different Menopausal Stages, West J Nurs Res, octobre 2021.




233 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square