• Danièle Starenkyj

LES PROTÉINES DE LA POMME DE TERRE POUR UNE MUSCULATION VÉGÉTALIENNE

Mon mari vouait au peintre Vincent Van Gogh une affection particulière. Il était notamment touché par son tableau LES MANGEURS DE POMMES DE TERRE (1885), ce légume racine, met principal et plat de résistance des pauvres mineurs auxquels Van Gogh s’identifiait, et aliment de subsistance des pays européens pendant la dernière guerre mondiale à laquelle ses parents avaient survécu.


Aujourd’hui, aux antipodes de « ces petites gens, qui, à la clarté de leur lampe, mangent leurs pommes de terre (pas épluchées) en puisant à même le plat avec leurs mains », la pomme de terre réhabilitée intéresse la MÉDECINE SPORTIVE. Pourquoi ?


LES PROTÉINES DE LA POMME DE TERRE COMPARÉES AUX PROTÉINES DU LAIT


Une étude faite aux Pays-Bas, le pays de Van Gogh, et publiée en 2022, a évalué comment les protéines de pomme de terre favorisent les réactions anaboliques qui augmentent la masse musculaire. Le Dr Luc J.C. van Loon, professeur de physiologie de l'exercice et de la nutrition au centre médical de l'université de Maastricht, en était l'investigateur principal.


Il a affirmé ouvertement (et courageusement ?) que le principal résultat de cette étude est que l'ingestion de protéines dérivées de la pomme de terre peut augmenter les taux de synthèse des protéines musculaires au repos et à l'exercice, et que cette réponse ne diffère pas de l'ingestion d'une quantité équivalente de protéines de lait.


« Les protéines dérivées de la pomme de terre peuvent être aussi efficaces que les protéines d'origine animale de haute qualité pour stimuler les taux de synthèse des protéines musculaires in vivo chez l'homme. »


Plus de 100 ans plus tard, la science confirme ce que des populations entières vivaient autrefois : la pomme de terre, pour peu que l’on en mangeât à sa faim, a soutenu la vie physiquement active de millions de travailleurs qui n’avaient pas besoin d’entraînement en salle de sport pour avoir des muscles d’acier, de l’endurance et de la force.

COMMENT SE DÉVELOPPE LA MASSE SQUELETTIQUE


La synthèse des protéines musculaires (SPM) est le processus par lequel les acides aminés alimentaires se transforment en protéines musculaires squelettiques. L'ingestion de protéines et l'exercice physique sont essentiels pour que la synthèse des protéines musculaires maintienne et développe la masse musculaire squelettique.

Les protéines consommées pendant la récupération après un exercice peuvent augmenter les taux de synthèse des protéines musculaires. Par contre, ces taux varient selon la source de protéines.


DES PROTÉINES VÉGÉTALES ÉCOLOGIQUES


Les pommes de terre, la troisième culture la plus consommée au monde, ne contiennent que 1,5 % de protéines par rapport à leur poids frais. Cependant, un concentré de protéines peut être extrait des résidus de jus de pomme de terre qui sont utilisés pour l'alimentation animale ou jetés.


Le Dr van Loon et ses co-auteurs ont constaté que la composition en acides aminés des protéines de la pomme de terre ressemble beaucoup à celle des protéines du lait. Ils ont également déclaré que le tubercule « fournit des quantités suffisantes de tous les acides aminés essentiels individuels selon les besoins en acides aminés recommandés par l'OMS/la FAO/l’ONU, sans carences apparentes. »


L'équipe du Dr Loon a émis l'hypothèse que l'ingestion de concentré de protéines de pomme de terre pourrait augmenter les taux de synthèse de protéines musculaires au repos et pendant la récupération après un exercice.


Ils ont également émis l'hypothèse que les protéines de pomme de terre pouvaient induire la même réponse de synthèse de protéines musculaires que les protéines de lait.


UNE EXPÉRIENCE CONCLUANTE


Je ne m’attarderai pas sur le protocole suivi mais je vais vous donner la conclusion de cette expérience :

Les chercheurs ont assigné au hasard les participants à boire une boisson contenant 30 g (environ 2 ½ cuillères à soupe) de protéines de pomme de terre ou 30 g de protéines de lait. Les jeunes hommes se sont alors entraînés sur une machine d'extension des genoux en position assise et sur une presse à jambes avec des charges croissantes. Après avoir laissé les sujets se reposer, les chercheurs ont effectué des prélèvements sanguins et des biopsies musculaires pour déterminer les taux de synthèse de protéines musculaires au repos et pendant la récupération à l'effort.


L'étude a conclu que « l'ingestion de 30 g de protéines de pomme de terre a fortement stimulé la synthèse des protéines musculaires pendant la récupération après l'exercice ».


ALIMENTS ENTIERS OU SUPPLÉMENTS ?


Le marché des suppléments alimentaires protéinés est en pleine expansion, mais certains chercheurs affirment que ces produits font pâle figure par rapport aux aliments complets en termes de bénéfices nutritionnels.

Le Dr Stuart Phillips, de l'Université McMaster, en Ontario, estime qu’en toutes circonstances, « les aliments entiers l'emportent sur les suppléments ».


Certes, le plus grand attrait des suppléments de protéines est leur commodité mais il reste que les personnes qui obtiennent des protéines à partir d'aliments entiers « ont une plus grande densité de nutriments dans leur alimentation. » Boire des protéines isolées, c’est risquer d’avoir de nombreuses carences, dont pas la moindre, la carence en fibres. En fait tout aliment entier est infiniment plus que la somme de ses nutriments isolés et même concentrés.


Une étude comparant des adolescents mangeurs de pommes de terre à des adolescents n’en mangeant pas a conclu : Les consommateurs avaient un apport plus élevé en énergie, en fibres alimentaires, en protéines, en cuivre, en magnésium, en phosphore, en potassium, en sélénium, en sodium, en zinc, en niacine, en vitamine B6, en vitamine C, en vitamine K et en choline totale, ainsi qu'un apport adéquat plus élevé en protéines, en cuivre, en magnésium, en phosphore, en potassium, en zinc, en thiamine, en niacine, en vitamine B6, en vitamine C et en vitamine K que les non-consommateurs.


En conclusion, la consommation de pommes de terre par les adolescents a été associée à une meilleure qualité de l'alimentation, à un apport en nutriments plus élevé et à une alimentation plus adéquate.


CONCLUSION


Devenons tous, jeunes, sportifs, et personnes âgées, des mangeurs de pommes de terre entières avec leur peau ! En se rappelant les propriétés anti-hypertensives et anti-obésité de cet humble racinage économique et délicieux, nous nous en régalerons sans remord. Voir le blogue : L’humble pomme de terre rehabilitée.


SOURCES

1. Oikawa Sara Y et coll., Potato Protein Stimulates Muscle Protein Synthesis At Rest And With Resistance Exercise, Medicine & Science in Sports & Exercise, juillet 2020.

2. Pinckaers Philippe J.M et coll., Potato Protein Ingestion Increases Muscle Protein Synthesis Rates at Rest and during Recovery from Exercise in Humans, Medicine & Science in Sports & Exercise, avril 2022.

3.  Insaf Berrazaga et coll., The Role of the Anabolic Properties of Plant- versus Animal-Based Protein Sources in Supporting Muscle Mass Maintenance: A Critical Review, Nutrients, août 2019.



199 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square