• Danièle Starenkyj

LE FRANKENBURGER : À LA POURSUITE DE LA VIANDE « PROPRE »

Viande sans abattages, viande propre, viande 2.0, fausse viande, viande synthétique, viande artificielle, appelez-la comme vous voulez, il reste que les tenants de l’agriculture cellulaire la présentent comme une solution de remplacement humanitaire à l’agriculture animale industrielle.


En 2020, une journaliste appelée à déguster un œuf sans œuf cuit dans le beurre (pour le goût, mais quand même déclaré « vegan »), des croquettes de poulet cultivé dans un bioréacteur à partir de cellules souches, et, visant le burger de viande artificielle promis, a raconté son expérience en ces termes : « L'ascension du Frankenburger : Cultivée en laboratoire, la fausse viande est annoncée comme l'avenir éthique et écologique de l'alimentation, mais la réalité peut vous faire tourner la tête. »


POURQUOI ?


De la VIANDE PROPRE… C’est un monde futuriste qui, avec ce slogan percutant, se veut protecteur de l’environnement, économisant les énergies fossiles et les réserves d’eau, diminuant les gaz à effet de serre, réduisant la déforestation, et condamnant totalement l’exploitation et la cruauté animales. Polarisés par l’urgence de sauver la planète et l’obligation morale d’abolir les fermes d’élevage industrielles et de contourner l’abattage des animaux, ces nouveaux industriels d’une viande dite propre parlent de reprendre le contrôle de tout ça grâce à la domestication des cellules animales, quelques cellules de vache pouvant nourrir un village entier.


COMMENT ?


Sur un animal vivant et sous anesthésie locale, on prélève quelques cellules de muscle puis on les met en culture. Celles-ci se multiplient dans des boites de Petri avec un milieu de culture suffisamment riche pour permettre la multiplication des cellules. Qu’y a-t-il dans ce milieu de culture ? Des hormones, des facteurs de croissance, du sérum de veau fœtal*, des antibiotiques, des fongicides. Au bout de 4 à 6 semaines, on obtient un amas de fibres musculaires. Cette « viande » est blanche, n’a pas de nerfs, pas de vaisseaux sanguins ni d’isolats de graisses. Et en fait, elle est même dépourvue du fer et de la vitamine B12. Ainsi, de nombreux nutriments naturellement présents dans la viande doivent être ajoutés. On l’assaisonne alors et la maquille avec de la chapelure, du jus de betterave, du safran, de la poudre d’œuf, et… L’énumération dans les documents consultés s’arrête sur un ETC. énigmatique !

UNE FAUSSE BONNE IDÉE


C’est ainsi que les scientifiques, beaucoup plus plus sceptiques que les médias, parlent de ce nouvel engouement commercial pour la VIANDE PROPRE. Leurs observations nous donnent un autre son de cloche :


→ Il s’agit de synthèses in vitro, de technologies de pays riches, et pour le moment extrêmement coûteuses.

→ Il y a utilisation massive de molécules actuellement interdites et (combattues) en élevage industriel et d’origine animale.

→La viande in vitro n’est pas moins polluante. Elle permet peu de réduction de gaz à effet de serre. Elle utilise des énergies fossiles. Il y a peu d’économie d’eau. Les résidus de molécules de synthèse utilisées pour la culture se retrouvent dans les eaux usées des usines.

→ La presse minimise, sous-estime énormément le temps d’acceptation qu’il faudra pour que la viande in vitro – malgré son appellation attrayante et aseptisée de VIANDE PROPRE – ne répugne un public qui recherche ardemment une alimentation naturelle, non transformée, végétale.


QUE FAIRE ?


Je vous propose une solution concrète et urgente :


→ afficher au menu quotidien des céréales complètes et des légumineuses, ces sources sûres de protéines de qualité dont on nourrit abondamment les animaux ;

→ consommer ces végétaux tout simplement de façon traditionnelle ;

→ savourer leur goût et leur texture propres et s’en réjouir : il n’y a pas de nourriture plus propre que celle-là !

Quant aux animaux, reconnaissons que ce sont l’industrialisation de l’élevage et la recherche effrénée du profit devenue prioritaire qui ont rompu les sains rapports hommes-bêtes. Un proverbe depuis des millénaires nous avertit : « Le juste prend soin de ses bêtes ; mais les entrailles des méchants sont cruelles. » (Proverbes 12.10)


Notre monde prêt à nier et à renier son histoire, sa culture, et son rapport à la nature, n’est-il pas en train de basculer dans la folie ?


©2020 Danièle Starenkyj


* Le sérum de veau fœtal (FCS) est un complément courant du milieu de culture cellulaire et une source connue de vésicules extracellulaires (VE) contaminantes contenant de l'ARN. Il est produit à partir de sang prélevé dans des abattoirs commerciaux sur des bovins laitiers qui fournissent également de la viande destinée à la consommation humaine. Après l'abattage et la saignée de la vache, l'utérus de la mère contenant le fœtus de veau est retiré pendant le processus d'éviscération (prélèvement des organes internes de la mère) et transféré dans la salle de prélèvement sanguin. Une aiguille est ensuite insérée entre les côtes du fœtus, directement dans son cœur, et le sang est aspiré dans un sac de prélèvement stérile. Ce processus vise à minimiser le risque de contamination du sérum par des micro-organismes provenant du fœtus et de son environnement. Seuls les fœtus âgés de plus de trois mois sont utilisés, sinon le cœur est considéré comme trop petit pour être ponctionné. Le sérum est une source de contaminants viraux qui, une fois présents, sont presque impossibles à éliminer des cultures. Il peut contenir aussi contenir, entre autres, des mycoplasmes (considérés comme une forme primitive de bactérie).

•Jenny Kleeman, Rise of the Frankenburger: Grown in labs, fake meat is being heralded as the ethical, eco-friendly future of food but the reality may make your stomach churn, The Daily Mail, UK, 6 juillet 2020.

• Tom A. P. Driedonks, et coll., Technical approaches to reduce interference of Fetal calf serum derived RNA in the analysis of extracellular vesicle RNA from cultured cells, Technical Report, 12 décembre 2018.

• Starenkyj D., Le bonheur du végétarisme, Orion, 1977, 2017.

102 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe