top of page
  • Danièle Starenkyj

LA MUSIQUE ET SON INCROYABLE PUISSANCE THÉRAPEUTIQUE Partie 2

L’expérience de musicothérapie dans la chambre du malade avec des patients covidés (voir Partie 1) a non seulement démontré la faisabilité de son introduction comme une forme importante de soutien apporté dans des situations extrêmes inattendues et imprévisibles, mais elle a aussi confirmé son usage dans des formes de maladies ou problèmes chroniques.


• POURQUOI LA MUSIQUE EN MÉDECINE ?


→ La musicothérapie a été reconnue comme une intervention médicale connexe dont les avantages cliniques ont été prouvés.


→ La musicothérapie peut offrir des avantages aux patients en détournant leur attention des expériences désagréables et des interventions futures et ainsi diminuer ou faire disparaître les pensées désagréables chez les patients.


→ En fait, elle soulage le stress psychologique.


1. EFFET RÉEL ET MARQUÉ DE LA MUSICOTHÉRAPIE SUR LE SYSTÈME IMMUNITAIRE.


→ La musique peut moduler la réponse immunitaire en augmentant l'activité des cellules tueuses naturelles, des lymphocytes et de l'interféron-γ.


→ L'une des premières indications de la relation entre le système immunitaire et la musique a été trouvée dans une expérience qui a fourni la preuve que le TAMBOURINAGE (faire résonner un tambour) en groupe augmentait l'activité des cellules tueuses naturelles.


→ En pensant que de nombreuses maladies sont liées à un déséquilibre du système immunitaire, il s’agit là d’une caractéristique très intéressante de la musique.

2. MUSICOTHÉRAPIE ET TROUBLES CARDIO-VASCULAIRES


→ Un effet physiologique direct de la musique sur l'équilibre autonome cardiaque a été démontré. Chez des patients se remettant d'un infarctus aigu du myocarde, une réduction de la fréquence cardiaque, de la fréquence respiratoire et du niveau d'anxiété a été constatée lorsqu'ils écoutaient de la musique dans des circonstances reposantes.


→ L'écoute musicale peut avoir un effet bénéfique sur la pression artérielle, la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, l'anxiété et la douleur.


→ Un essai contrôlé randomisé portant sur des patients ayant subi un pontage ou un remplacement de la valve aortique a révélé que l'écoute de musique douce et relaxante était associée à des niveaux significativement plus bas de cortisol sérique, une mesure de la réponse au stress.


→ L'anxiété et la dépression chez les patients après une chirurgie cardiaque peuvent être apaisées par l'écoute de la musique.


3. MUSICOTHÉRAPIE ET DOULEUR CANCÉREUSE


→ La musique réduit l'anxiété et, par conséquent, diminue l'intensité de la douleur chez les patients atteints de cancer chronique. Elle réduit les besoins en opioïdes.


→ Les interventions musicales comparées aux soins standards peuvent avoir des effets bénéfiques sur l'anxiété, la dépression, l'espoir, la douleur et la fatigue chez les adultes atteints de cancer.


→ Pendant le traitement curatif, les résultats les plus prometteurs de la musicothérapie concernent l'anxiété, la dépression et la prise de médicaments contre la douleur, tandis que dans le cadre des soins palliatifs, des améliorations concernant la qualité de vie, le bien-être spirituel, la douleur et le stress ont été signalées.


→ Les interventions musicales peuvent avoir un effet bénéfique sur l'anxiété chez les enfants atteints de cancer.


4. MUSICOTHÉRAPIE ET DÉPRESSION


→ La dépression est une maladie répandue et invalidante, et bien que la psychothérapie et/ou la pharmacothérapie puisse être efficace, il a été souligné que les méthodes pharmacologiques conventionnelles pouvaient entraîner une dépendance et une altération des fonctions psychomotrices et cognitives.


→ Récemment, plusieurs essais contrôlés randomisés ont étudié l'effet de la musique en monothérapie et en complément d'une thérapie standard. « Sans exception, ces études montrent que l'écoute ou la pratique de la musique réduit la dépression. »


→ « En résumé, les résultats montrent que la musicothérapie est une méthode efficace pour réduire le poids de la dépression. »


5. MUSICOTHÉRAPIE ET ÉPILEPSIE


→ L'épilepsie se caractérise cliniquement par des crises récurrentes. Les patients présentent un risque accru de comorbidités telles que des maladies cardiovasculaires, respiratoires et inflammatoires.


→ Une étude de cas pionnière a constaté une diminution significative de l'activité épileptique démontrée par l’électroencéphalogramme chez 23 des 29 patients (même dans le coma) qui écoutaient la sonate K 448 de Mozart.


→ Une étude clinique contrôlée et randomisée sur l'effet antiépileptiforme d'une musique classique a révélé que la réduction, voire la prévention, des crises a été obtenue par le biais d'une stimulation corticale auditive par la sonate K 448 de Mozart à partir d'une exposition nocturne passive soutenue.


→ L'exposition à la musique a entraîné une réduction remarquable du taux de crises de 24 %.


→ Il a été noté que 24% du groupe de traitement ont présenté une absence totale de crises pendant le traitement.

→ Au cours de l'année de suivi post-traitement, une réduction du taux moyen de crises de 33% a été maintenue

après l'arrêt du traitement, indiquant un effet à long terme.


6. MUSICOTHÉRAPIE ET DÉMENCE


→ En dehors des stimulants cognitifs pour les troubles cognitifs légers comme la démence d'Alzheimer, aucun traitement n'a été établi pour les patients atteints de démence vasculaire et frontotemporale. Les médicaments antipsychotiques présentent un risque particulier, car des événements cérébrovasculaires et des cas de décès ont été signalés à la suite de ce traitement.


→ Une récente méta-analyse de l'effet des interventions musicales sur les patients atteints de démence à différents degrés a révélé que de nombreuses études indiquent des effets positifs importants sur les principales mesures comportementales, cognitives et physiologiques, et des effets moyens sur les mesures affectives, évaluées de manière subjective (par exemple, le bien-être et/ou les capacités de raisonnement) et objective (diminution de la pression sanguine et/ou augmentation de l'absorption d'oxygène).


→ Une étude prospective randomisée et contrôlée menée sur 104 personnes âgées atteintes de démence a clairement montré que la musicothérapie retardait la détérioration des fonctions cognitives.


→ La perturbation et l'agitation ont augmenté pendant les soins standard et diminué pendant la musicothérapie.


→ Des améliorations de l'estime de soi et des symptômes dépressifs ont été enregistrées.


7. MUSICOTHÉRAPIE CHEZ LES PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES LIÉS À L’USAGE DE SUBSTANCES


→ Le trouble lié à l'usage de substances est la consommation d'une ou plusieurs substances psychoactives, dont l'alcool, consommation qui continue malgré des effets négatifs sur la santé, le comportement et les relations sociales.


→ Les résultats de cette étude suggèrent que la musicothérapie, en tant que traitement complémentaire aux soins standard, peut entraîner une réduction modérée de l'état de manque, et accroître la motivation pour le traitement ou le changement chez les personnes souffrant de troubles de liés à l’usage de substances qui reçoivent un traitement de désintoxication et de réadaptation à court terme.


8. MUSICOTHÉRAPIE ET MALADIE DE PARKINSON


→ La musicothérapie dans la maladie de Parkinson est une thérapie complémentaire à une thérapie pharmacologique. Plusieurs études ont rapporté les effets positifs de la musique sur la composante motrice de la maladie de Parkinson traitée par l'écoute, le rythme corporel et la stimulation auditive rythmique.


→ D'autres études confirment les effets positifs de programmes axés sur le chant, soit individuellement, soit en groupe, sur la communication, la déglutition, la respiration et l'aspect émotionnel dans la maladie de Parkinson.

→ La musicothérapie améliore la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.


9. MUSICOTHÉRAPIE ET PERSONNES AUTISTES


→ Les résultats d’une revue actualisée a fourni des preuves que la musicothérapie est probablement associée à une chance accrue d'amélioration globale pour les personnes autistes, qu'elle les aide probablement à améliorer la gravité totale de l'autisme et la qualité de vie, et qu'elle n'augmente probablement pas les événements indésirables immédiatement après l'intervention.

QUEL GENRE MUSICAL FAVORISE UNE MUSICOTHÉRAPIE EFFICACE ?


« La musique adoucit les mœurs. » D’accord, mais de quel genre musical s’agit-il ? Les études sont unanimes : le genre musical idéal pour une musicothérapie réussie est la musique de style classique. On parle alors de l’effet Mozart.


→ Dans un essai prospectif, observationnel, contrôlé et randomisé, 80 jeunes adultes devant se faire extraire les troisièmes molaires ont été répartis en 4 groupes : groupe 1, musique turque ; groupe 2, musique classique de culture occidentale ; groupe 3, musique soft rock ; et groupe 4, pas de musique (groupe témoin).


Les niveaux d'anxiété ont diminué à tout moment dans tous les groupes, mais les valeurs postopératoires du questionnaire de l'échelle d'anxiété dentaire de Corah du groupe de musique classique étaient significativement plus faibles que celles des autres groupes.


→ Un effet physiologique direct de la musique classique sur l'équilibre autonome cardiaque a été démontré. Chez des patients se remettant d'un infarctus aigu du myocarde, une réduction de la fréquence cardiaque, de la fréquence respiratoire et du niveau d'anxiété a été constatée lorsqu'ils écoutaient de la musique classique dans des circonstances reposantes.


→ Un essai contrôlé randomisé portant sur 58 patients ayant subi un pontage ou un remplacement de la valve aortique a révélé que l'écoute de musique douce et relaxante de style classique était associée à des niveaux significativement plus bas de cortisol sérique, une mesure de la réponse au stress.


Toutes les études sont unanimes : les plus grands bénéfices pour la santé proviennent de la musique classique ou de style classique.


CONCLUSIONS


• La science est en train de rattraper ce que les musicothérapeutes constatent depuis plusieurs décennies, à savoir que la musique peut changer la façon dont une personne se sent, pense et se comporte.


• Lorsque nous écoutons de la musique, les vibrations sonores dans l'oreille sont converties en messages neuronaux et transmises au thalamus, la station de relais sensorielle du cerveau. Après avoir atteint le thalamus, l'information sonore est transmise au cortex auditif et instantanément décomposée en de nombreux éléments différents, dont, entre autres, le rythme, la hauteur et le timbre (tonalité).


• Bien que les neurologues soient encore en train d'explorer le fonctionnement du cortex auditif, ils pensent aujourd'hui que le traitement de la musique est beaucoup plus complexe qu'on ne l'imaginait au départ et qu'il implique beaucoup plus de parties du cerveau qu'on ne le pensait.


• L'écoute de musique classique, dans le cadre des soins à domicile, est une intervention faisable, non invasive, sûre et peu coûteuse, capable d'améliorer la qualité de vie des patients atteints de diverses maladies.


• La musique est un langage universel. Depuis des milliers d'années, les gens chantent, jouent et apprécient la musique. Et aujourd’hui, on comprend pourquoi : la musique, et plus spécifiquement la musique de style classique, à la fois préventivement et curativement, nourrit et apaise l’âme en tout temps.


© 2023 Danièle Starenkyj

RÉFÉRENCES

* Lavinia Rebecchini,  Music, mental health, and Immunity, Brain Behav Immun Health, 2021.

* Francesco Burrai et coll., Beneficial Effects of Listening to Classical Music in Patients With Heart Failure: A Randomized Controlled Trial, J Card Fail, 2020. 

* Pauwels E.K.J. et coll., Music, Mozart and Medicine, Med Princ Pract, 2014 .

* Monika Geretsegger et coll., Music therapy for autistic people, Cochrane Database Syst Rev, 2022.

* Wen-Hao Huang et coll., The Effectiveness of Music Therapy on Hand Function in Patients With Stroke: A Systematic Review of Randomized Controlled Trials, Front Neurol, 2021.

* Qishou Tang et coll., Effects of music therapy on depression: A meta-analysis of randomized controlled trials, PLoS One, 2020.

* Friederike Köhler et coll., Music Therapy in the Psychosocial Treatment of Adult Cancer Patients: A Systematic Review and Meta-Analysis, Front Psychol, 2020.

* Hei Long Lam et coll., Effects of Music Therapy on Patients with Dementia-A Systematic Review, Geriatrics (Basel), 2020.

* Zhuolin Wu et coll., Research Progress of Music Therapy on Gait Intervention in Patients with Parkinson's Disease, Int J Environ Res Public Health, 2022.

* Guangli Lu et coll., Effects of music therapy on anxiety: A meta-analysis of randomized controlled trials, Psychiatry Res, 2021.

* Andrzej Witusik et coll., Music therapy as a complementary form of therapy for mental disorders, Pol Merkur Lekarski, 2019.

* Joke Bradt et coll., Music interventions for improving psychological and physical outcomes in people with cancer, Cochrane Database Syst Rev, 2021.

*Ilke Kupeli et coll., Comparing Different Music Genres in Decreasing Dental Anxiety in Young Adults Who Underwent Third Molar Surgery in Turkey: Randomized Controlled Trial J Oral Maxillofac Surg, 2020.

* Claire Ghetti et coll., La musicothérapie chez les personnes souffrant de troubles liés à l’usage de substances, Cochrane Database of Systematic Reviews – Intervention, 2022.

* Martina de Witte et coll., Music therapy for stress reduction: a systematic review and meta-analysis, Health Psychol Rev, 2022.





 

















100 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
bottom of page