• Danièle Starenkyj

LA MÉLATONINE, UN REMÈDE NATUREL EXCEPTIONNEL

En 2007, le travail de nuit rejoignait la liste des substances cancérogènes dans le groupe 2A des substances dites « Probablement cancérogènes pour les humains » de l’International Agency for Research on Cancer.


Avancée en 1987 par le cancérologue Richard Stevens, cette hypothèse étonnante d’une relation entre le travail de nuit et le cancer du sein chez les femmes et du cancer de la prostate chez les hommes fut d’abord repoussée avec véhémence.


Aujourd’hui, en 2022, on avance que la cause de ces cancers serait des taux plus faibles de MÉLATONINE, cette hormone décrite comme étant l’hormone non seulement du sommeil mais aussi celle du rajeunissement. Sécrétée par l’épiphyse (glande pinéale), on sait qu’elle a également des propriétés antioxydantes, anticancéreuses et immunostimulantes directes qui ralentissent la croissance des cellules cancéreuses, notamment celles du sein et de la prostate.


Mais ce n’est pas tout. Penchons-nous sur quelques articles scientifiques actuels présentant de nouveaux bienfaits de la mélatonine pour notre santé.


1. LES RÔLES DE LA MÉLATONINE DANS LE TISSU OSSEUX ET LES MALADIES LIÉES AUX OS


Les maladies liées à l'os constituent un vaste groupe de maladies courantes, notamment les fractures, l'ostéoporose, l'arthrose, la parodontite (maladie des gencives).


Pour prévenir l'apparition des maladies osseuses, retarder leur progression ou inverser les lésions qu'elles provoquent, on a développé de nouveaux traitements alternatifs ou complémentaires.


• La mélatonine en fait partie car elle exerce de nombreux effets physiologiques, notamment en induisant des fonctions anti-inflammatoires et antioxydantes, en réinitialisant les rythmes circadiens et en favorisant la cicatrisation et la régénération des tissus.


• La mélatonine participe également à la gestion de la santé des os et des cartilages.


2. LA MÉLATONINE : SES FONCTIONS POTENTIELLES ET SES EFFETS SUR LES MALADIES NEUROLOGIQUES


Les décès dus aux maladies neurologiques ont augmenté de 36 % dans le monde en 25 ans.


• La mélatonine est une hormone neurorégulatrice qui possède des actions de piégeage des radicaux libres, un fort pouvoir antioxydant, anti-inflammatoire et immunosuppresseur.


• Ces propriétés majeures de la mélatonine peuvent jouer un rôle important dans les mécanismes physiopathologiques des maladies neurologiques.


• En outre, la mélatonine est nécessaire au rythme circadien.


• Des études ont montré que les niveaux de mélatonine sont faibles chez les personnes atteintes de maladies neurologiques.


• Les effets préventifs et thérapeutiques de la mélatonine sont connus pour de nombreuses maladies, y compris les maladies neurologiques (par exemple, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique, la maladie de Huntington, l'épilepsie, les maux de tête, etc.)


• Pour toutes ces raisons, des essais cliniques de la mélatonine ont été réalisés et des résultats positifs ont été déclarés.


• D'après tous les résultats bénéfiques obtenus lors des essais expérimentaux et cliniques, la mélatonine peut avoir un effet prophylactique et thérapeutique sur les maladies neurologiques.


• Une collaboration étroite entre les neurologues et les décideurs des services de santé est nécessaire pour encourager l'utilisation de la mélatonine chez les patients souffrant de maladies neurologiques.


• La mélatonine pourrait être la solution que les scientifiques recherchent.


3. NOUVELLES UTILISATION DE LA MÉLATONINE COMME MÉDICAMENT


La production de mélatonine augmente le soir, provoquant un état de sommeil la nuit et d'éveil le jour.


• La mélatonine interagit avec les récepteurs de la mélatonine, mais il a été révélé que la mélatonine est un puissant antioxydant et qu'elle joue également un rôle dans la régulation du cycle cellulaire.


• La mélatonine est désormais utilisée comme médicament pour traiter certains types de troubles du sommeil.


• En outre, des recherches récentes suggèrent qu'elle peut également être utilisée à d'autres fins, comme la prévention de l'exposition aux produits chimiques et le traitement de diverses maladies, notamment le cancer, les troubles neurodégénératifs, etc.


4. POTENTIEL THÉRAPEUTIQUE DE LA MÉLATONINE COMME AGENT CHRONOBIOTIQUE ET CYTOPROTECTEUR DANS LE DIABÈTE SUCRÉ


Ces dernières années, le déséquilibre circadien (dû à une altération des cycles veille/sommeil, alimentation/jeûne) a été intimement lié au développement du diabète sucré.


• Les connaissances sur le stress oxydatif, le contrôle du métabolisme par les rythmes circadiens et les effets de leur perturbation sur l'homéostasie (la capacité d'un système à maintenir l'équilibre de son milieu intérieur, quelles que soient les contraintes externes), soulignent l'importance de la mélatonine, une hormone pinéale à pic nocturne, comme médicament thérapeutique potentiel pour la prévention et le traitement du diabète.


• Des preuves expérimentales et épidémiologiques indiquent les effets multiples de la mélatonine sur le métabolisme intermédiaire via la resynchronisation des rythmes circadiens.


• Sa carence est associée à des dérèglements métaboliques.


• En tant que chronobiotique, elle soigne l'insomnie et les troubles du sommeil causés par le travail posté ou le décalage horaire.


• La relation entre la mélatonine et l'insuline met en évidence son influence dans la régulation de la sécrétion d'insuline et son action.


• Le traitement à la mélatonine a permis d'améliorer avec succès l'homéostasie du glucose, l'équilibre énergétique et la santé générale dans le diabète sucré.


• Le rôle cytoprotecteur de la mélatonine, en tant qu'antioxydant et piégeur de radicaux libres, s'est avéré utile pour combattre le stress oxydatif, préserver la fonction des cellules bêta du pancréas et influencer le développement des complications diabétiques.


• On peut conclure que l’application thérapeutique de la mélatonine comme agent chronobiotique et cytoprotecteur est d'une importance prometteuse dans le diabète sucré.


5. NUTRITION ET MÉLATONINE


→ On a découvert que certains végétaux concentrent la mélatonine et que leur consommation généreuse peut influencer les taux de mélatonine dans le sang. Ce sont par ordre décroissant :


- l’avoine sous toutes ses formes (1796 picogrammes par gramme) ;

- le maïs ;

- le riz brun ;

- la tomate ;

- la banane ;

- l’orge.


→ D’autres aliments sont riches en tryptophane qui permet de quadrupler les taux de mélatonine dans le sang. Le tryptophane favorise la fabrication de la sérotonine et de la mélatonine par l’épiphyse. Les graines de citrouille sont une excellente source de tryptophane. De plus, un microbiote sain (bien nourri en fibres) peut fabriquer de la mélatonine à partir du tryptophane.


→ La vitamine B6 ou pyridoxine et le calcium sont des nutriments qui augmentent également les taux sanguins de mélatonine. Pensez aux poivrons rouges qui offrent 2,2 mg de vitamine B6 par 100 g et la mélasse verte dite « blackstrap » qui, dans une seule cuillère à soupe, fournit 187 mg de calcium très assimilable.


5. COMMENT SOIGNER SON SOMMEIL ET JOUIR DE TOUS LES AUTRES BIENFAITS CONNUS DE LA MÉLATONINE ?


1.Les habitudes de vie suivantes permettent une production maximale de mélatonine :


• Une exposition accrue à la lumière naturelle et raisonnable à la lumière artificielle des écrans ;


• dormir dans une chambre à coucher noire mais bien ventilée ;


• un régime riche en les végétaux ci-haut nommés ;


• la réduction de l’apport alimentaire dans la soirée (repas léger sans gras et pas de grignotage) ce qui préserve la fonction de l’épiphyse et ainsi favorise un cycle de la mélatonine plus jeune, ce qui prolonge l’espérance de vie.


2. Attention aux habitudes sociales qui diminuent la production de mélatonine :


• La caféine sous toutes ses formes coupe de moitié la production de mélatonine pendant six heures consécutives ;


• l’alcool souvent conseillé comme un somnifère anodin réduit la mélatonine de 41 % pendant cinq à six heures après deux petites consommations ;


• le tabac abaisse de façon chronique les taux de mélatonine en soirée.


3. Certains médicaments agissent directement sur la production de mélatonine et la diminuent ou la contrarient :


• les anti-inflammatoires non stéroïdiens ;


• les bétabloquants et les inhibiteurs calciques ;


• les antidépresseurs ;


• les anxiolytiques et les tranquillisants.


ENCORE QUELQUES BIENFAITS


→ 6. La mélatonine, sécrétée pendant la nuit par la glande pinéale, est un signal hormonal efférent de l'horloge circadienne maîtresse située dans le noyau suprachiasmatique (à la base de l’hypothalamus). Par conséquent, il s'agit d'un marqueur de phase fiable de cette horloge. Si l'on définit comme « chronobiotique » un médicament capable d'influencer la phase et/ou la période de l'horloge circadienne, la mélatonine est un médicament très puissant. Les données les plus convaincantes obtenues jusqu'à présent proviennent d'études sur des individus totalement aveugles. La mélatonine exogène administrée quotidiennement entraîne le cycle veille-sommeil de ces individus sur un cycle de 24 heures.


→ La mélatonine pourrait être préférable aux hypnotiques traditionnels dans la gestion de l'insomnie.


→7. Les niveaux de mélatonine endogène sont inversement associés à l'âge et aux déficits cognitifs. La mélatonine améliore les perturbations du comportement psychopathologique dans les essais cliniques.


LES TEMPS DU REPOS


Le repos a des temps forts : la nuit, le rythme circaseptidien (basé sur sept jours), l’heure de la récréation (les pauses), les minutes de recueillement. Tous ces temps sont offerts aux faibles créatures que nous sommes naturellement, pour nous transformer en individus courageux parce régulièrement immergés dans la tranquillité, la paix, le calme et la confiance.


SOURCES

1. Xiaofeng Lu et coll., Insight into the roles of melatonin in bone tissue and bonerelated diseases (Review), Int J Mol Med, 2021.

2. M. Gunata et coll., Melatonin: A review of its potential functions and effects on neurological diseases, Rev Neurol (Paris),2020.

3. Miroslav Pohanka, New Uses of Melatonin as a Drug; A Review, Curr Med Chem, 2022.

4. Fareha Wajid et coll.,Therapeutic potential of melatonin as a chronobiotic and cytoprotective agent in diabetes mellitus, J Diabetes Metab Disord, 2020.

5. Starenkyj D., LA SANTÉ TOTALE, Le repos salutaire, Orion.

6. Paul Pevet et coll., Melatonin and the circadian system: Keys for health with a focus on sleep, Handb Clin Neurol, 2021.

7. Dewan Md Sumsuzzman et coll., Neurocognitive effects of melatonin treatment in healthy adults and individuals with Alzheimer's disease and insomnia: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trial, Neurosci Biobehav Rev, 2021.

Melatonin and the circadian system: Keys for health with a focus on sleep

Paul Pevet et coll.


245 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square