• Danièle Starenkyj

LA MÉDECINE DU MODE DE VIE 

Cette médecine lance le défi à la croyance trop répandue que les maladies chroniques sont là pour rester. Une fois obèse, toujours obèse, une fois diabétique, toujours diabétique, une fois cardiaque, toujours cardiaque.


Il s’agit d’une spécialité médicale dont les interventions thérapeutiques ciblent le mode de vie considéré comme la cause principale des maladies chroniques, y compris, mais non exclusivement, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et l’obésité.


Les cliniciens certifiés en médecine du style de vie sont formés à l'application d'un changement de style de vie fondé sur des données probantes et qui touche l'ensemble de la personne. Leur but est de traiter, et lorsque ce style de vie est utilisé de manière intensive, souvent d'inverser ces conditions. Mais aussi de les prévenir.


Les six piliers de la médecine du mode de vie sont :


→ un mode d'alimentation complet à prédominance végétale,

→ l'activité physique,

→ un sommeil réparateur,

→ la gestion du stress,

→ l'évitement des substances à risque (en premier lieu évitement des drogues alcool et tabac)

→ et des relations sociales positives.

SOMMET DE LA RECHERCHE SUR LA MÉDECINE DU MODE DE VIE 2020-2021


Lors de ce sommet, les experts en la matière pour chacun des domaines de la médecine du mode de vie ont fourni un aperçu des connaissances scientifiques actuelles et ont formulé des recommandations pour la recherche prioritaire afin d'accélérer la compréhension et l'utilisation de l'application clinique pour prévenir, traiter et inverser les maladies chroniques aussi appelées maladies non transmissibles.


Je vous rapporte ici l’aperçu des connaissances scientifiques actuelles sur le mode d’alimentation complet à prédominance végétale.


Les maladies cardiovasculaires (MCV)


• Des essais interventionnels utilisant des changements de régime alimentaire relativement simples ont démontré une réduction rapide des facteurs de risque de ces maladies et des bénéfices cliniques.


• Des essais interventionnels ont démontré comment un modèle d'alimentation méditerranéen réduisait de manière significative les événements cardiovasculaires.


• Des interventions plus complètes faisant appel à divers facteurs liés au mode de vie, soit les six piliers de la médecine du mode de vie y compris le régime alimentaire, ont non seulement permis de réduire, mais aussi d'inverser la maladie coronarienne existante.


• Contrairement à la notion selon laquelle les MCV sont en grande partie une fonction directe du vieillissement, la recherche sur les rôles de la dyslipidémie (concentrations élevées de lipides dans le sang) et de l'inflammation crée de nouvelles possibilités de recherche pour les interventions cliniques et en population.


• Les maladies cardiovasculaires commencent dès l'enfance, voire in utero, comme le montre le fait que les mères obèses donnent naissance à des enfants dont le système vasculaire est épaissi, avec peut-être même une perte précoce des artères lombaires.


• La recherche sur la médecine du mode de vie devrait donc donner la priorité aux enfants, car les comportements des adultes commencent souvent dans l'enfance.


• De nouvelles preuves viennent étayer les avantages des régimes alimentaires à base de plantes dans la prévention primaire des MCV.


• Des études épidémiologiques à long terme ont montré qu'un régime sain à base de plantes (qui n'exclut pas nécessairement tous les produits animaux) était associé à un risque significativement plus faible de diabète de type 2 et de MCV.


• De petites études d'intervention ont montré que le passage d'un régime occidental typique (urbain-industriel, malbouffe) à un régime végétalien réduisait considérablement le métabolite athérogène de la flore intestinale appelé triméthylamine-N-oxyde (TMAO), qui est induit par une consommation plus élevée de produits animaux, notamment de viande rouge.


• De même, il a été démontré que la lipoprotéine (a) (Lp(a)) circulante, un facteur de risque établi de MCV dont on pensait auparavant qu'il était déterminé génétiquement, s'améliore avec les régimes à base de plantes.


Les cancers


Le Fonds mondial de recherche sur le cancer et l'American Institute Cancer Research Fund ont résumé les preuves concernant les facteurs de risque de cancer.


• Les cancers les plus affectés par les comportements liés à l'alimentation riche en sucre, en graisses et en viande et au mode de vie sont ceux du tractus gastro-intestinal (par exemple, le cancer colorectal) et les cancers hormonaux (par exemple, le cancer du sein et de la prostate).


• Le régime pauvre en graisses améliore de manière significative la survie globale des patientes ménopausées atteintes d'un cancer du sein.


Les diabètes de type1 et2


Le diabète de type 1 ("diabète insulinodépendant", le pancréas étant incapable de produire de l'insuline) et le diabète de type 2 ("diabète insulinorésistant", l'organisme produisant de l'insuline mais les tissus n'étant pas capables d'y répondre) sont tous deux fortement liés à la nutrition.


• L'excès d'adiposité est le déterminant le plus fort du diabète de type 2. L'association du diabète de type 2 avec les habitudes alimentaires est bien établie, notamment la différence spectaculaire de la prévalence du diabète de type 2 chez les mangeurs quotidiens de viande par rapport aux végétaliens.


• Au niveau tissulaire, des études utilisant l'imagerie par résonance magnétique ont démontré un dépôt de lipides dans les cellules musculaires et hépatiques, conduisant à une résistance à l'insuline. • Des essais interventionnels utilisant des régimes à base de plantes suggèrent que ces régimes peuvent améliorer et même potentiellement inverser l'évolution du diabète.


• L'étiologie alimentaire du diabète de type 1 doit être explorée plus avant afin de tester les différents facteurs alimentaires dont on a supposé qu'ils déclenchaient la production d'anticorps contre les cellules productrices d'insuline, notamment le lait de vache, le gluten, les conservateurs, tels que les nitrosamines, et les faibles taux de vitamine D.


• Les essais cliniques n'ont pas encore exploré le rôle des régimes à base de plantes dans la prévention et la gestion du diabète de type 1. L'association entre l'allaitement maternel prolongé et les faibles taux de diabète de type 1 doit également être explorée plus avant.


Les maladies auto-immunes


Plusieurs études ont montré les avantages substantiels des régimes à base de plantes pour le contrôle de la polyarthrite rhumatoïde, ce qui suggère un rôle pour les interventions diététiques non seulement pour la polyarthrite rhumatoïde mais aussi pour les maladies auto-immunes de manière plus générale.


Les affections hormonales


Des études menées dans les années 1990 ont démontré que les niveaux d'œstrogènes augmentent avec la consommation de graisses élevées et diminuent avec la consommation de fibres, ce qui est particulièrement pertinent pour le cancer du sein, la dysménorrhée, l'endométriose, les fibromes et l'infertilité.


La santé du cerveau et les affections neurologiques


• Des études d'observation ont démontré qu'une consommation plus faible de graisses saturées et trans est associée à un risque considérablement réduit de développer la maladie d'Alzheimer. Ces résultats sont actuellement étudiés dans le cadre de l'essai MIND, parmi d'autres études utilisant des régimes largement à base de plantes.


• Il a été démontré que les interventions diététiques à court terme améliorent les scores de dépression à la fois chez les personnes normales et chez celles présentant des symptômes de dépression, cette dernière constatation étant faite à la fois chez les jeunes et dans la population générale.


• Les interventions diététiques réduisent généralement les graisses saturées et augmentent la consommation d'aliments d'origine végétale.

Les maladies rénales


Le rôle bénéfique des régimes à base de plantes dans le traitement et potentiellement l'inversion des maladies rénales chroniques est en cours d'exploration.


• Les maladies rénales sont particulièrement fréquentes chez les Afro-Américains et sont médiées par l'alimentation et le gène APOL-1. Les études sur la santé des adventistes du septième jour ont montré des associations inverses significatives entre les modes d'alimentation à base de plantes et le risque de diabète de type 2 et de mortalité totale chez les Afro-Américains, ce qui suggère la possibilité d'un bénéfice pour réduire

l'insuffisance rénale dans cette population.


Recommandations pour des recherches futures


→ Des études d'intervention solides, bien conçues et puissantes, utilisant des groupes de comparaison appropriés, sont nécessaires pour faire progresser la compréhension de l'alimentation à prédominance végétale sur la prévention et le traitement d'un large éventail de maladies.


→ Les populations prioritaires sont les enfants et les populations peu étudiées, mal desservies et défavorisées qui présentent la plus forte incidence de maladies multiples liées à l'alimentation.


→ L'accent doit être mis sur les études humaines plutôt qu'animales.


→ Les études devraient également se concentrer sur notre compréhension actuelle de la qualité de l'alimentation en considérant la qualité des graisses, des glucides et des protéines et pas seulement leurs proportions relatives.

→ Les sources de protéines d'origine animale par rapport aux protéines d'origine végétale et la consommation de matières grasses de haute qualité ou de basse qualité, de glucides de basse ou de haute qualité, ainsi que la qualité de l'alimentation globale doivent être spécifiées plus précisément dans les plans d'étude.


→ De grandes études de cohorte ont montré que la consommation à long terme de protéines d'origine végétale (par rapport aux protéines d'origine animale) est associée à une mortalité plus faible, toutes causes confondues.


→ Les associations entre les régimes pauvres en glucides et les régimes pauvres en graisses et la mortalité peuvent dépendre de la qualité et des sources alimentaires des macronutriments plutôt que de la seule teneur proportionnelle en glucides ou en graisses.


Conclusion


En conclusion, il convient de promouvoir une diversité de solutions personnalisées, qui doivent inclure un régime nutritionnel de haute qualité et un mode de vie physiquement actif, ainsi que d'autres déterminants importants du mode de vie tels que la consommation d'alcool, le tabagisme et les habitudes de sommeil, afin d'enrayer l'épidémie des maladies chroniques qui balaie le monde.


©2022 Danièle Starenkyj

Références

1. Yoram Vodovotz, Neal Bernard et coll., Prioritized Research for the Prevention, Treatment, and Reversal of Chronic Disease: Recommendations From the Lifestyle Medicine Research Summit, Front Med (Lausanne), 2020.

2. David Katz et coll., Plant-Based Diets for Reversing Disease and Saving the Planet: Past, Present, and Future, Adv Nutr, 2019.

3. Lina Shibib et coll., Reversal and Remission of T2DM – An Update for Practitioners, Vasc Health Risk Manag, 2022.








.

304 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous