• Danièle Starenkyj

IRRÉMÉDIABLE ET IRRÉVERSIBLE L’ALZHEIMER ?

Le dogme que rien ne permet de prévenir, de ralentir ou d'inverser le cours du déclin cognitif dans des maladies telles que la maladie d'Alzheimer (MA), est, depuis quelques années, fortement ébranlé par de nombreuses études qui montrent des exemples de prévention et/ou d'inversion de ce déclin.


PRÉVENIR /INVERSER


Un des auteurs de cette révolution de pensée est le docteur Dale E. Bredesen, M.D., expert internationalement reconnu des mécanismes des maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer (Reversal of cognitive decline : A novel therapeutic program, 2017).

Mais on ne peut passer sous silence le Dr Dean Ornish, M.D., qui déjà, dans les années 1990, démontrait « l’inversion de l’athérosclérose et des maladies cardiaques », puis celle du cancer de la prostate à un stade précoce, et celle du diabète de type 2. Depuis 2019, et malgré la COVID-19, il mène avec ses collègues le premier essai contrôlé randomisé pour déterminer si la progression de la maladie d'Alzheimer précoce et de la déficience cognitive légère peut être arrêtée ou inversée par un programme complet de médecine du mode de vie. Son but est que l’on parle bientôt de « l’inversion de l’Alzheimer ».


POURQUOI CONTINUER À EN DOUTER ?


Les changements de vie ou le retour aux huit lois de la santé, peuvent


• améliorer les conditions chroniques ou maladies non transmissibles actuelles ;


• modifier l'expression des gènes -- en activant les gènes qui favorisent la santé et en désactivant les gènes qui favorisent la maladie, soit ceux qui produisent le stress oxydatif, l’inflammation chronique, et ceux qui favorisent le cancer de la prostate, du sein, et du côlon. Les gènes sont une disposition mais pas notre destin ;


• et allonger les télomères (les extrémités des chromosomes qui régulent notre longévité) -- débutant ainsi « l’inversion du vieillissement » au niveau cellulaire.


UNE MÉDECINE DU MODE DE VIE


Les maladies chroniques qui nous affligent présentement -- ostéoporose, oncogenèse, athérosclérose ou déclin cognitif dû à la maladie d'Alzheimer ou à un état pré-Alzheimer – sont toutes causées par des déséquilibres physiologiques. En d'autres termes, ce sont des réseaux de voies moléculaires qui sont déséquilibrés, associés à un processus de maladie chronique.


L’idée de s’attaquer à ces voies avec un seul médicament ne peut pas être l’approche optimale. Ce qu’il faut c’est un protocole d'interventions sur le mode de vie et la nutrition qui affecte le système dans son ensemble.


→ Le Dr Ornish propose avec un succès non démenti un programme qui comprend un régime alimentaire végétal sans produits industriels ou transformés (sucre, huile, plats préparés, céréales raffinées, etc.,) faible en graisses, accompagné de suppléments, d'exercices modérés, de techniques de gestion du stress (recueillement spirituel), et de groupes de soutien. Bien sûr, les drogues tabac et alcool sont éliminées. Sa devise : Bien manger – Moins stresser – Aimer plus – Bouger plus-- reflète une vision physio-psycho-socio-spirituelle de l’humain et le besoin essentiel de combler toutes ses dimensions.


→ Le Dr Bredesen propose de combattre la « synaptoporose » et d’amener ses patients Alzheimer à pouvoir de nouveau soutenir la production de nouvelles synapses, et constater une amélioration. À cette fin, il insiste sur :


•l'obligation de rester à jeun au moins 3 heures avant de dormir

• et au moins 12 heures entre les repas du soir et du matin ;

• un régime sans allergènes possibles (gluten, solanacées) ;

• un régime légèrement cétogène, riche en légumes fibreux, totalement dépourvu de farines blanches et de sucres ;

• des techniques de gestion du stress (recueillement spirituel) ;

• un programme d’exercice régulier ;

• et un certain nombre d'agents naturels, dont la curcumine (anti-inflammatoire), la vitamine D, le zinc, la vitamine B12, entre autres ;

• café, alcool, tabac et autres drogues qui toutes affectent directement le système nerveux sont à éliminer.


UNE TRANSFORMATION ÉPIGÉNÉTIQUE


Pour améliorer efficacement le traitement de la maladie d'Alzheimer, il faut se concentrer sur une combinaison de stratégies de médecine fonctionnelle et de médecine du mode de vie qui fournissent une approche globale suffisante pour réaliser une transformation épigénétique et une guérison neurologique grâce à ses multiples composantes synergiques. Les bénéfices issus de cette approche sont parfois plus marqués chez les porteurs du génotype APOE4, ce qui montre qu’un style de vie adapté peut contribuer à compenser ou à neutraliser ce facteur de risque génétique de la MA. Visons alors l’optimisation de chaque fonction métabolique.

Le dernier livre du Dr Dale Bredesen (Reversal of Cognitive Decline : 100 patients, 2018) a montré que les symptômes de déficience cognitive légère et de maladie d'Alzheimer précoce peuvent souvent disparaître dans les six mois suivant le lancement d'un programme complet axé sur la médecine fonctionnelle et le mode de vie.


LA MALADIE D’ALZHEIMER PAR INHALATION


Il existe des sous-types de la MA dont trois ont été récemment décrits :


→ le type 1 (inflammatoire) ;

→ le type 2 (non inflammatoire ou atrophique) ;

→ et le type 3 (cortical).


La maladie d'Alzheimer de type 3 est le résultat d'une exposition à des toxines spécifiques, et elle est le plus souvent inhalée. C’est une manifestation du syndrome de réponse inflammatoire chronique, due à des biotoxines telles que les mycotoxines (champignons microscopiques, moisissures). Cette MA qualifiée d’« épidémie méconnue et traitable », est une maladie environnementale souvent importante chez les patients souffrant de déclin cognitif. La reconnaître offre la possibilité de traiter avec succès un grand nombre de patients dont le pronostic actuel, en l'absence d'un diagnostic précis, est grave.


SE PRENDRE AU SÉRIEUX


Le déclin cognitif est lié à notre mode de vie : malbouffe, consommation de drogues, manque d’exercice, solitude, repli sur soi, réseau social rétréci ou inexistant, environnement de vie malsain. Il peut se manifester très tôt dans la vie. Certains disent dès 45 ans. Le Dr Bredesen parle d’individus dans la trentaine. Alors, n’oubliez pas que vivre sainement, adopter le régime méditerranéen, soigner ses relations familiales, jouir des bienfaits de la nature, et cultiver une relation de confiance avec Dieu, le plus tôt possible et le plus sérieusement possible, est le programme thérapeutique qui prévient, et inverse, la maladie d’Alzheimer.


©2021 Danièle Starenkyj

SOURCES

1.Craig Gustafson, Dale E. Bredesen, md: Reversing Cognitive Decline, Integr Med (Encinitas) , 2015.

2. John Weeks,.Integrative MEND Protocol for Reversing Alzheimer’s Picked Up in Aging and by George Washington University … plus more , Integr Med (Encinitas), 2016.

3. Paulina Shetty , Wes Youngberg,  Clinical Lifestyle Medicine Strategies for Preventing and Reversing Memory Loss in Alzheimer's, Am J Lifestyle Med, mai 2018.

4. Dale E Bredesen, Inhalational Alzheimer's disease: an unrecognized - and treatable – epidemic, Aging (Albany NY), février 2016.

5. Dean Ornish, Reversing Alzheimer’s Study, Preventive Medicine Research Institute, étude en cours, 2019-2021.

6. Starenkyj D., LA SANTÉ TOTALE, Orion.

159 vues
Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe