© 2017, crée par Chantale Coulombe

MON PETIT JARDIN INTÉRIEUR PRINTANIER

 

Mon jardin de fleurs intérieur est tout petit mais il n’a cessé de me réjouir cet hiver : pour la 40e année mes géraniums rouges, toujours dans le même pot, ont fleuri tout l’hiver et, fidèles à eux-mêmes, ils vont continuer à fleurir tout l’été. Mes géraniums roses n’ont que 30 ans, mais eux aussi, tenaces, fleurissent l’été comme l’hiver.

 

Depuis trois ans, j’ai des géraniums odorants, dons de ma voisine au pouce vert l’été – son jardin potager est exceptionnel -- et aux doigts de fée l’hiver – ses dentelles, ses tissages, ses broderies me fascinent. Chaque géranium odorant froissé entre les doigts dégage un parfum distinct, fort et corsé. Je me suis souvent penchée sur eux pendant les longs mois froids, et leur fragrance m’a vivifiée.

 

Et puis, il y a mon orchidée, cadeau, il y a deux ans, de mon mari. Elle avait fleuri bravement pendant trois mois,  puis elle avait fané. Je ne l’ai pas jetée mais je l’ai gentiment arrosée et après un long repos, elle a refleuri de plus belle. Chaque fois que je passe près d’elle, je souris et je me sens choyée. 

Mais ce n’est pas tout, cette année, une amaryllis m’a émerveillée. Sur une haute hampe florale, elle m’offert 4 fleurs en forme de trompette aux tendres tons de rose et crème juste avant Pâques.

Tant de pure et simple beauté gratuite me rappelle un rêve…  Une jardinière parcourt les sentiers d’un jardin avec son amie. Amoureuse des fleurs, la jardinière fait un bouquet et respire avec bonheur sa senteur. Sa compagne, par contre, se désole. Elle s’est égarée hors du sentier tracé et vient de se frotter à un buisson d’églantiers. Elle ne voit pas les fleurs, ne remarque pas leur odeur suave, mais peste contre les épines… Elle se désole qu’un si beau jardin soit abîmé par des ronces. La jardinière lui dit alors : « Pourquoi vous occuper des épines ? Elles ne feront que vous blesser. Je vous en prie, cueillez les roses, les lis et les œillets. » 

Le jardin de la vie est le même pour tous. Ronces et fleurs se côtoient. À nous de décider, chaque jour et chaque saison, de cueillir les fleurs. Car si tous nous vivons des désappointements douloureux, nous vivons aussi des moments lumineux. Je suis reconnaissante que les fleurs soient là pour nous le rappeler. Bon printemps fleuri à tous !

 

© 2019 Danièle Starenkyj

Partagez sur Facebook
Please reload

Posts à l'affiche

L’ALCOOL PLUS FUNESTE QUE LA CRISE CARDIAQUE

6/23/2017

1/1
Please reload

Posts récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square