© 2017, crée par Chantale Coulombe

CES NOUVEAUX MÉDICAMENTS QUI SONT D’ANCIENS REMÈDES – PREMIÈRE PARTIE

La médecine ne le cache plus : malgré les progrès remarquables des thérapies pour les MALADIES CHRONIQUES au cours des quelques dernières décennies, ces maladies dites non transmissibles – liées au style de vie – demeurent un fardeau considérable pour la santé et la première cause de mortalité dans le monde entier.

 

LE PROBLÈME ?

 

La majeure partie des maladies chroniques sont causées par la dérégulation de multiples gènes alors que la majorité des médicaments approuvés par la FDA, par exemple, ne ciblent qu’un seul gène ou une seule voie d’administration. Et, juste là, il s’agit d’un des inconvénients majeurs de ces médicaments synthétiques. Mais en plus, ces médicaments sont associés à différents  effets secondaires indésirables, et souvent toxiques, et donc non tolérables pour les patients.

 

LA SOLUTION ?

 

La médecine déclare le besoin urgent d’identifier de nouveaux agents sûrs et à cibles multiples pour la PRÉVENTION et le traitement de ces maladies.

 

OÙ LES TROUVER ? 

 

La réponse est simple : DANS LA NATURE. Les végétaux, utilisés comme remèdes depuis des millénaires, sont des thérapies multi-ciblées. « Il a été bien prouvé que les produits naturels sont efficaces, à cibles multiples et extrêmement sûrs 1. » Et un de ces produits naturels,  très utilisé depuis des millénaires, est la BOSWELLIE, une qualité d’encens. Une recherche sur PUBMED indique, à partir de 1960 plus de 1600 articles scientifiques présentant, à partir d’études in vitro, in vivo, et cliniques, les effets anti-inflammatoires, anti-tumoraux, et plus récemment, neuro-protecteurs de cette résine antique et largement utilisée dans les pays où ces espèces d’arbres poussent. La famille des Burseracea comprend 17 genres et 600 espèces de plantes. Le genre Boswellie comprend 25 espèces réparties dans les régions tropicales.

AHURISSANT !

 

Des recherches approfondies ont révélé que la plupart des médicaments découverts aujourd’hui coûtent des milliards de dollars. MAIS, ces mêmes recherches affirment qu’ils peuvent être souvent très inefficaces dans leur réponse clinique. Par contre, l’étonnement, l’émerveillement surgissent, et ne nous quittent plus, quand on fait la revue des essais cliniques réalisés avec ces diverses espèces de boswellie, utilisées seules ou en association. Je me suis concentrée sur les articles parus entre 2016 et 2019. Et je parle ici, de certains de ceux qui ont présenté et confirmé les effets anti-inflammatoires puissants  des acides boswelliques, au nombre de quatre, et sur lesquels repose leur activité médicale, celle-ci étant proche de celle des stéroïdes (action sur le système immunitaire et inhibition des enzymes produisant les leucotriènes dont l’activité est fortement pro-inflammatoire).

 

LES EFFETS ANTI-INFLAMMATOIRES DE LA BOSWELLIE DANS 1 :

 

1. L’ARTHRITE. C’est une inflammation des jointures, des tissus entourant les joints et autres tissus conjonctifs. L’arthrose du genou en est une forme des plus courantes. Chez 30 patients traités pendant un mois, on a relevé « une amélioration remarquable ». Le remède est jugé sûr, efficace. Il y a eu diminution de la douleur et de l’enflure. La flexion du genou et la capacité de marcher plus longtemps ont été augmentées. La boswellie a révélé son efficacité dès le 14 e jour du traitement. La boswellie a aussi été testée dans les cas de troubles musculo-skelettiques – tendinite du tendon d’Achille, épicondylite, radiculopathies, entorse de la cheville, traumatismes sportifs -- avec des effets très positifs.


2. LE FIBROADÉNOME MAMMAIRE. C’est une petite masse bénigne de tissus fibreux et de tissu glandulaire qui se développe dans le sein. Sous l’effet de la boswellie, ces masses – grumeaux --  ont diminué de taille. Il n’y a pas eu d’effet toxique.


3. LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES. Ce groupe de maladies implique le cœur et les vaisseaux sanguins. Ces maladies sont une des causes les plus courantes de mortalité et de morbidité dans le monde entier. Dans une étude, 200 patients souffrant de cardiopathie ischémique (diminution de l’apport en sang et en oxygène dans le cœur) ont été traités pendant 6 mois avec de la boswellie. Il en est résulté une réduction du taux de cholestérol total, des triglycérides, des lipides totaux. L’électrocardiogramme est redevenu normal chez 26 % des patients et chez 59 % d’entre eux, il s’est amélioré. La douleur à la poitrine a également disparu.


4. LA MALADIE RÉNALE CHRONIQUE est une maladie progressive qui survient suite à une inflammation et un stress oxydatif accrus qui entraînent une diminution de la fonction rénale. Le traitement a été bien toléré, sans danger et a produit une diminution de l’inflammation.


5. LE DIABÈTE DE TYPE 2 affecte des milliers d’individus dans le monde entier. Le traitement de patients diabétiques avec 900 mg de boswellie par jour par voie orale pendant 6 semaines a entraîné une diminution des facteurs de risque liés à cette maladie. Le traitement a permis le maintien des niveaux de fructosamine, de l’activité des enzymes hépatiques et le maintien des profils lipidiques à des niveaux proches de la normale. Le traitement a été déclaré « hautement efficace » dans cette maladie.


6. L’ECZÉMA, aussi appelé dermatite ou psoriasis, est dû à une inflammation de la peau. La boswellie en crème a permis la diminution de l’usage des crèmes avec corticostéroïdes et diminué le degré de l’érythème et des symptômes cutanés superficiels. Pour le psoriasis, on a vu une amélioration des écailles dans 70 % des cas, et 50 % des cas d’érythème ont connu une amélioration. Les démangeaisons ont aussi diminué dans 60 % des cas.


7. LA FASCIOLASE est une infection parasitaire par des vers qui a été traitée avec une association de résine de boswellie et de myrrhe chez 7 patients qui passaient des vers dans leurs selles. Sous l’effet du traitement, ils ont connu une amélioration nette de leur état général, une baisse du nombre d’œufs passés dans les selles et une amélioration de tous les signes et symptômes sans aucun effet secondaire néfaste dû au médicament végétal.


8. LA GINGIVITE est une inflammation des gencives très courante. La boswellie en poudre a démontré son efficacité dans cette inflammation des gencives au cours d’un traitement de 14 jours. Les indices d’inflammation ont alors connu une diminution importante.


9. LA MALADIE INFLAMMATOIRE DE l’INTESTIN qui comprend la COLITE et la MALADIE DE CROHN ont répondu positivement à un traitement avec la boswellie (900 mg en trois doses pendant 6 semaines) avec un minimum d’effets secondaires. Il y a eu amélioration de la consistance des selles, de l’histopathologie, de la microscopie par balayage des biopsies rectales, des paramètres sanguins y compris l’hémoglobine, le fer sérique, le calcium, le phosphore, les protéines, les leucocytes et les éosinophiles. Tous ces paramètres ont révélé une amélioration chez les patients traités avec la boswellie. Dans une autre étude à double insu de patients avec la maladie de Crohn, on a observé une rémission de 59,9 % des cas. La tolérabilité à long terme du remède a été bonne.


10. L’ACNÉ NODULOCYSTIQUE répond très bien à la boswellie tant topique qu’orale. Un traitement de 3 mois a produit une diminution progressive des lésions chez la majorité des patients.

 

Un ancien remède végétal devenu médicament nouveau aux propriétés anti-inflammatoires testées et prouvées nous étonne, nous donne espoir, nous réconcilie avec la nature. La semaine prochaine, en 2e partie, nous parlerons de la découverte fabuleuse des propriétés ANTI-TUMORALES de la boswellie   -- l’encens des temps anciens --  dans divers CANCERS.

 

©2019 Danièle Starenkyj
1. AjaikumarB. Kunnumakkara et coll., Googling the Guggul (Commiphora and Boswellia) for Prevention of Chronic Diseases, Front Pharmacol, 9, 686, 2018.
  

Partagez sur Facebook
Please reload

Posts à l'affiche

L’ALCOOL PLUS FUNESTE QUE LA CRISE CARDIAQUE

6/23/2017

1/1
Please reload

Posts récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square