© 2017, crée par Chantale Coulombe

APRÈS L’HIVER… LE PRINTEMPS

Noël… c’est l’hiver. Nouvel An… c’est encore l’hiver. Notre monde illumine cette saison, mais, pour beaucoup, elle est synonyme de grisaille, de glace, de vent, de froid mordant, de noirceur, mais aussi de douleur : L’enfant chéri s’est fracassé un genou à ski, le parent bien-aimé a glissé sur le verglas et s’est fracturé la hanche. Et puis, il y a cette souffrance non dite : le Noël seul, et le Nouvel An encore plus seul. Ceux qu’on espérait embrasser, n’étaient pas là. 

Coteau ensoleillé

 Huile sur toile -20X24-Stefan Starenkyj IAF, CSMA

 

Mais un jour, le soleil miroite sur le coteau et la neige se met à fondre, les oiseaux à gazouiller. On lève les yeux au ciel, on respire à pleins poumons et c’est le printemps ! Le renouveau. L’espoir revient et l’on oublie les bourrasques, le grésil, le frimas. Pour nous tous, les saisons sont comme les méandres de la vie. Une année succède à une autre année. On est prêt à pardonner le passé. On espère dans l’avenir. Oui, 2019 peut être meilleur que 2018. Oui, 2019 peut être un printemps après l’hiver. Mais comment s’en assurer ? On subit les saisons. Mais on vit sa vie. Et voici comment :

 

« Un homme (une femme) qui réalise l’ampleur de la responsabilité qu’il a envers un être humain qui l’attend – ou vis-à-vis un travail qui lui reste à accomplir – ne gâchera pas sa vie. Il connaît le « pourquoi » de cette vie et il pourra supporter tous les « comment » auxquels il sera soumis. » (Viktor Frankl, Man’s Search for Meaning)

 

Quel est l’être humain qui nous attend en 2019 ?
Quel est le travail qui nous reste à accomplir en 2019 ?
Si nous allons vers lui et si nous réalisons ce travail, 2019 sera une année réussie.

 

À vous tous qui me lisez, je souhaite une année 2019 pleine de sens, oui, cette prise de conscience profonde que le besoin humain fondamental n’est pas la puissance, n’est pas le succès, ni même le bonheur. C’est la plénitude de sens -- ce besoin vital de trouver un sens à notre vie, et qui nous ronge et sape notre vitalité tant qu’il n’est pas assouvi. Alors le coteau de votre vie, même enneigé, sera ensoleillé. La promesse de la fonte des neiges est là. Après  l’hiver… le printemps !

 

©Danièle Starenkyj 2018

Partagez sur Facebook
Please reload

Posts à l'affiche

L’ALCOOL PLUS FUNESTE QUE LA CRISE CARDIAQUE

6/23/2017

1/1
Please reload

Posts récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square