Rechercher
  • Danièle Starenkyj

LE TEMPS DES CERISES

C’est le temps des cerises, le temps d’en cueillir, le temps de s’amuser à s’en garnir les oreilles, le temps de jouir de ce fruit rouge à merveille, savoureux, juteux, et phénoménalement riche en nutriments essentiels pour notre santé.


La cerise -- que beaucoup de gens tout autour du monde associe au printemps revenu, à la liberté retrouvée, et à une joie de vivre renouvelée -- a suscité beaucoup de recherches scientifiques ces dernières années.

Ces études suggèrent que la consommation de cerises douces ou acidulées peut promouvoir la santé en prévenant ou en diminuant le stress oxydatif et l'inflammation. Une étude affirme même qu’elle est « une option non pharmacologique pour le traitement d'une multitude maladies liées principalement à l’inflammation ». La cerise est donc maintenant officiellement considérée comme un médicaliment, soit un aliment très bienfaisant pour la santé.


POURQUOI ?


La cerise est un aliment à forte densité nutritionnelle, plutôt faible en calories mais riche en nutriments importants et en composants alimentaires bioactifs, notamment en fibres, en polyphénols (anthocyanes), en caroténoïdes (provitamines A), en vitamine C, en vitamine E et en potassium, fer et calcium. En outre, les cerises sont également une bonne source des neurohormones tryptophane, sérotonine et mélatonine.


EXAMEN DES BIENFAITS DES CERISES SUR LA SANTÉ


Ayant révisé 29 études humaines publiées qui avaient examiné les avantages pour la santé de la consommation de cerises, les auteurs Kelley, Adkins et Laugero ont communiqué ces résultats qui tous confirmaient :


les effets antioxydants de la consommation de cerises : le stress oxydatif a diminué (ou la capacité antioxydante a augmenté) ; → les effets anti-inflammatoires de la consommation de cerises : la diminution des marqueurs de l'inflammation a été démontrée ; → les effets de la consommation de cerises sur les lésions musculaires induites par l'exercice et sur la récupération : les douleurs musculaires induites par l'exercice, les courbatures et la perte de force ont été considérablement réduites ; → les effets de la consommation de cerises sur le diabète : les résultats d'études menées sur des humains (mais aussi sur des animaux et des cultures cellulaires ) suggèrent que « les anthocyanes peuvent diminuer le glucose sanguin en ralentissant la production de glucose à partir d'hydrates de carbone complexes ; la production hépatique de glucose, en diminuant la production de glucagon par les cellules pancréatiques α ; et en augmentant l'absorption hépatique de glucose et la production d'insuline par les cellules pancréatiques β. Il existe donc des preuves qui suggèrent que la consommation de cerises peut favoriser une régulation saine du glucose » ; → les effets de la consommation de cerises sur les lipides sanguins : les sujets obèses présentant un taux élevé de lipides sanguins à la suite d’une consommation de jus de cerises acidulées pendant 4 semaines ont connu une diminution du VLDL(lipoprotéines de basse densité) et du rapport triglycérides/lipoprotéines de haute densité (TG/HDL) ; → les effets de la consommation de cerises sur l’hypertension : la baisse de la pression artérielle provoquée par la consommation prolongée de cerises pourrait être due à la diminution de l'endothéline-1 (ET-1), qui est l'un des plus puissants vasoconstricteurs ;

→ les effets de la consommation de cerises sur l'arthrite et les facteurs de risque associés, dont la goutte: la consommation de cerises fraîches ou en conserve a permis de prévenir les crises d'arthrite et de rétablir les concentrations plasmatiques d'acide urique (UA) à des niveaux normaux ; → les effets de la consommation de cerises sur le sommeil, l'humeur et les fonctions cognitives: la qualité et la quantité du sommeil ont été améliorées par la consommation de cerises douces et de cerises acidulées (riches en mélatonine). L'effet sur le sommeil a pu être détecté dans les 3 jours suivant la consommation de cerises douces (25 cerises/jour) et dans les 5 jours suivant la consommation de cerises acides (240 ml de jus de cerises acidulées). Les études utilisant des cerises douces ont également fait état d'une diminution du cortisol urinaire et de l'anxiété, et d'une amélioration de l'humeur ; → (L'ajout de poudre de cerise acidulée à l'alimentation de rats âgés a amélioré la mémoire de travail et l'autophagie -- mécanisme physiologique de destruction des cellules indésirables ou endommagées, des pathogènes ou des protéines mal pliées -- et les polyphénols de cerise douce ont protégé les cellules neuronales cultivées des dommages causés par un stress oxydatif accru. Les anthocyanes dans les modèles animaux ont amélioré la mémoire et ont empêché la maladie d'Alzheimer induite par la bêta-amyloïde.« Ce sont là des résultats d’études sur des animaux et sur des cultures cellulaires qui suggèreraient une amélioration possible des fonctions cognitiveschez les humains qui consomment des cerises. »)


ALORS ON MANGE DES CERISES ?


Les cerises sont soit des cerises sucrées (Bing) soit des cerises acidulées (Montmorency). Dans les études scientifiques étudiées, ces deux variétés sont utilisées avec des résultats assez équivalents mais toujours excellents.

On peut alors les consommer :

* oui, bien sûr, fraîches, en saison, en abondance – mais la saison ne dure pas longtemps ;

* congelées et bio -- étant donné que le stade de maturation joue, entre autres, un rôle dans la teneur en composés potentiellement thérapeutiques des cerises -- la vitamine C, les composés phénoliques totaux, l'activité antioxydante et les anthocyanes totaux augmentent à mesure que le fruit mûrit -- les cerises bio bien mûres congelées ont certainement une valeur nutritionnelle maximale ; * séchées -- dans les pays du Caucase, c’est ainsi qu’on les conserve pour s’en régaler en compote ;

* en conserve -- que les pots bien rangés sur l’étagère sont beaux à voir !

On trouve également aujourd’hui :

* du jus de cerises : une bouteille de 250 ml d'un mélange de jus de cerises acidulé équivaut à 50 cerises ; * du concentré de cerises : une cuillère à soupe (15 ml) de concentré de jus de cerises fabriqué à partir de cerises fraîches équivaut à 45-60 cerises ; * des extraits et poudres de cerises acidulées disponibles sous forme de capsules orales.


Quelle raison pouvons-nous donc avoir de nous priver de ce fruit du printemps que les poètes chantent, que les artistes peignent, et que les connaisseurs chérissent ?


©2020 Danièle Starenkyj

RÉFÉRENCES

Darshan S. Kelley, Yuriko Adkins, Kevin D. Laugero, A Review of the Health Benefits of Cherries, Nutrients, 10, 3, 368, 2018. Marcum W. Collins et coll., Is there a role for cherries in the management of gout? Ther Adv Musculoskelet Dis, 11, 2019.


0 vue

© 2017, crée par Chantale Coulombe