UNE PLANTE NEUROPROTECTRICE ? ANTI-ALZHEIMER ? ANTI-DÉPRESSION? VRAIMENT ?

Depuis les temps anciens, dans les pays où elle pousse, la boswellie est considérée comme un remède qui améliore l’apprentissage et la mémoire. Les personnes âgées l’utilisaient par voie orale à cette fin, et les femmes enceintes en prenaient pendant leur grossesse pour augmenter la mémoire et l’intelligence de leurs enfants. GROSSESSE /LACTATION et Boswellie Plusieurs études récentes ont voulu vérifier ces affirmations. Dans l’une d’elles, on a donné de la boswellie à des rattes gravides. Dans une autre, on a donné de la boswellie à des rattes en lactation. Dans les deux cas, leur progéniture a démontré une augmentation importante de la capacité d’apprentissage, une augmentation de la mémo

CANCER : UNE NOUVELLE PHYTOTHÉRAPIE POUR SON TRAITEMENT CIBLÉ

La boswellie – ou encens ou oliban -- est composée de résines (60 à 85 %), de gommes (6 à 30 %), d’huiles essentielles (5 à 9 %). Elle a une action sur le système immunitaire et inhibe la synthèse des leucotriènes dont l’activité est fortement pro-inflammatoire. Or, INFLAMMATION et CANCER sont fortement liés. En 2016, une équipe internationale de recherche sur le cancer a publié une revue sur les applications possibles des acides boswelliques, isolés de la résine d’encens, en oncologie 1. LEUCÉMIE Cette équipe a étudié le potentiel anti-tumoral de ces substances sur des cellules humaines leucémiques (études in vitro). Sa découverte est étonnante : les acides boswelliques inhibent la synthès

CES NOUVEAUX MÉDICAMENTS QUI SONT D’ANCIENS REMÈDES – PREMIÈRE PARTIE

La médecine ne le cache plus : malgré les progrès remarquables des thérapies pour les MALADIES CHRONIQUES au cours des quelques dernières décennies, ces maladies dites non transmissibles – liées au style de vie – demeurent un fardeau considérable pour la santé et la première cause de mortalité dans le monde entier. LE PROBLÈME ? La majeure partie des maladies chroniques sont causées par la dérégulation de multiples gènes alors que la majorité des médicaments approuvés par la FDA, par exemple, ne ciblent qu’un seul gène ou une seule voie d’administration. Et, juste là, il s’agit d’un des inconvénients majeurs de ces médicaments synthétiques. Mais en plus, ces médicaments sont associés à diffé

MANGER OU NE PAS MANGER ? VOILÀ LA QUESTION

Jeûne total. Jeûne partiel. Jeûne intermittent. Dans le désir d’être « purs », d’être pleins d’« énergie », de penser « plus clair », de « se désintoxiquer », de nombreuses personnes se lancent dans l’aventure du jeûne… comme si manger était le problème, et ne pas manger la solution miracle. Toutes ces variations sur un même thème peuvent-elles vraiment effacer des années d’abus de son corps en le privant des nutriments indispensables à son bon fonctionnement ? Cesser de manger, ce n’est PAS se mettre à manger sainement. Ce n’est PAS décider de répondre aux véritables besoins de son corps. C’est encore le maltraiter, mais à l’envers : En cherchant à quitter la cohorte des 1,1 milliard d’ind

Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017, crée par Chantale Coulombe